Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

SYRIE : UN RISQUE DE « GUERRE MONDIALE », DIT ROYAL CHEZ BOURDIN

11 Septembre 2013 , Rédigé par DA 76 Publié dans #Ségolène ROYAL, #diplomatie

Ségolène Royal était invitée ce mercredi matin sur RMC et BFMTV. La présidente de la région Poitou-Charentes et vice-présidente de la Banque publique d’investissement estime que la position française ferme sur la Syrie a permis de débloquer la situation et éviter « une guerre mondiale ». Ségolène Royal a aussi appelé à compenser chaque nouvelle dépense de l'Etat par une baisse par ailleurs.

__________________________________________________

Sur l’interview de Ségolène Royal au Point où la journaliste affirme que l'élue a dit qu'elle "ferait de l'ombre au gouvernement" si elle y était.

8h55 - Ségolène Royal : « Je ne le pense pas, je ne l’ai pas dit. J’assume les vérités que je dis. Quand un journal pour se faire de la pub prétend avoir une interview de ma part, je dis que ce n’est pas correctIl faudrait être totalement idiote pour tenir de tels propos. Ma responsabilité est de ne pas dégrader le débat politique. Je me suis fixée une règle, c’est de ne dire du mal de personne. Cette journaliste n’a pris aucune note, et le directeur du journal m’a appelé pour me demander comment réparer ».

Sur le Front national

François Fillon a sous-entendu qu’il n’appellerait pas forcément à voter socialiste face au Front national.

8h51 - Ségolène Royal : « Fillon remet le FN au milieu du débat politique. J’aurais attendu d’un responsable politique qu’il apporte des solutions. La vraie question est de savoir pourquoi il y a un vote vers les extrêmes : parce que les gens se sentent déracinés. On ne voit pas quelles sont les règles du jeu de demain, et seule une petite minorité de gens va s’en sortir. Les gens ne l’acceptent plus ».

Impôts, retraites et pouvoir d'achat

Sur la réforme des retraites

8h48 - Ségolène Royal : « Il y a de bonnes choses, comme la prise en compte de la pénibilité, un rattrapage pour les femmes. Je trouve que la réforme est globalement bonne ».

Faut-il aider les plus modestes (chèque énergie, prime pour l’emploi, etc.) ?

8h46 - Ségolène Royal : « Il faut donner du pouvoir d’achat, c’est compliqué. Par exemple sur l’énergie, il faut financer les travaux d’économie d’énergie. Sur les transports, aussi, pourquoi la mutation vers la voiture électrique n’est pas plus rapide ? On peut faire un stationnement gratuit, une baisse de la TVA pour les voitures électriques, l’équipement des services public ».

8h44 - Ségolène Royal : « On a échappé à la hausse de la CSG pour les retraites. La confiance revient si les gens voient les règles du jeu. La capacité à créer des emplois dépend de la capacité à créer de la confiance. Dans ma région, je n’ai pas augmenté les impôts depuis 9 ans. A chaque dépense nouvelle, il faut l’économie correspondante. Il faut changer les règles du jeu. L’impôt est important, mais il faut un impôt juste, stable et efficace ».

Sur la pause fiscale. Pas de hausse d’impôts dans le budget 2014 ?

8h42 - Ségolène Royal : « Il faut qu’elle soit appliquée [Ségolène Royal rit]. Ça a été dit, ça doit être fait. Je connais les tentations de résoudre les problèmes par des impôts nouveaux, c’est le degré 0 de la politique. Il ne faut pas casser par des impôts les indices de reprise économique, l’esprit d’entreprendre, le retour de la confiance ».

Sur la Syrie

->Syrie : une chance pour la diplomatie ?

Sur le contrôle des armes chimiques par la communauté internationale, une proposition russe acceptée par Damas. 

8h39 - Ségolène Royal : « La France a raison de continuer son rapport de force. Il faut mettre au crédit des présidents français et américain d’avoir mis sur la table cette menace qui va permettre, sans doute, d’éviter la guerre. Je crois que la guerre est évitée, c’est notre responsabilité de construire un monde de paix  ».

8h37 - Ségolène Royal : « Il faut accorder du crédit à ce qui est dit [par Damas, ndlr], ça n’empêche pas d’exiger des preuves ».

8h36 - Ségolène Royal : « Tout est préférable à une guerre. Au moins, on ne déclenche pas une guerre mondiale. Il y a un risque d’intervention, mais aussi de non-intervention, car ce serait un feu vert à la dissémination des armes chimiques et nucléaires, c’est pourquoi la solution diplomatique est la meilleure. Avec des frappes, bien sûr qu'on peut déclencher une guerre mondiale. Si on n'intervient pas, on peut la déclencher aussi. La menace d’intervention doit être suffisamment forte pour que les tyrannies renoncent à leurs instincts, et c’est ce qui est en train de se passer. Je souhaite que ça aille au bout ».

Retrouvez aussi l'intégralité de l'émission Bourdin & Co de ce mercredi.

Partager cet article

Commenter cet article