Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Ségolène Royal à La Rochelle pour "aider" sa "famille politique"

23 Août 2013 , Rédigé par DA 76 Publié dans #Ségolène ROYAL, #PS

Ségolène Royal à La Rochelle pour "aider" sa "famille politique"

LE MONDE | 23.08.2013

Par Bastien Bonnefous et Thomas Wieder La Rochelle, envoyés spéciaux

En 2012, ce fut sa roche Tarpéienne. Un an plus tard, elle rêve d'en faire un marchepied vers un futur Capitole, mais le pari est ardu. Absente de l'université d'été du PS à La Rochelle au lendemain de la cuisante défaite qu'elle y avait essuyée aux législatives de juin 2012, Ségolène Royal a décidé cette fois d'y assister.

"C'est un signe de bonne santé politique", assurait-elle, jeudi 22 août, à la sortie de l'assemblée des femmes organisée à la veille de l'ouverture de l'université d'été. Une réunion qu'elle a choisi de clôturer en citant comme souvent la féministe révolutionnaire Olympe de Gouges – "Femme, réveille-toi !" – ce qui était une façon à peine subliminale de dire qu'elle était bel et bien de retour.

"Ce qui est passé est passé. Il faut savoir faire le tri et ne pas retenir le négatif, être conscient de ce que l'on a déjà. Je suis présidente de région, j'ai des enfants en bonne santé. On ne m'impose plus rien, je ne fais plus que ce qui me fait du bien," assure-t-elle. Ses proches confirment. "Il y a eu le temps de la reconstruction après le choc de 2012, maintenant, elle est pleine d'énergie et de sérénité", explique Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la famille. "Elle a la pêche, elle a le moral", ajoute Sophie Bouchet-Petersen, sa conseillère spéciale au conseil régional de Poitou-Charentes.

A voir Ségolène Royal dédicacer jeudi son dernier livre (Cette belle idée du courage, Grasset, 312 p., 19 euros) dans la salle de l'Oratoire, là même où elle votait aux législatives la mine défaite il y a un an ; à la voir radieuse, une heure plus tard, sur le balcon de la section socialiste locale, lors du traditionnel pot qui ouvre l'université d'été, on pouvait partager ce sentiment. Et pourtant...

Car il y a d'abord les sarcasmes des uns. "Le retour de Ségolène ? Ce n'est plus un sujet au PS et encore moins en cette rentrée", ironise un membre de la direction du parti. Il y a aussi la dure réalité des faits : des troupes militantes qui se sont resserrées, un poids politique dans l'appareil qui s'est allégé et enfin un positionnement stratégique qui se cherche.

Sur ce point, Ségolène Royal semble avoir évolué. Dans les premiers mois du quinquennat, elle a fait la leçon à François Hollande sur le thème du cap à préciser ou des réformes à accélérer. Ensuite, elle a fait savoir publiquement qu'elle souhaitait intégrer "le cœur du dispositif" en entrant au gouvernement. Désormais, elle assure être "au-dessus", lâche au détour d'une conversation qu'elle se voit "un peu comme une sage", et jure n'avoir qu'une obsession : "aider [sa] famille politique".

DIFFICILE ÉQUILIBRE

Ce qui ne l'empêche pas de "garder une entière liberté de parole" en lançant quelques piques, par exemple à Manuel Valls après ses propos sur le regroupement familial : "On peut légitimement poser toutes les questions, à condition d'avoir les réponses, sinon ça finit par se retourner contre soi."

Vendredi après-midi, Mme Royal devait ouvrir l'université d'été en tant que présidente de la région hôte. Dans un discours truffé de références à François Mitterrand et centré sur les "forces de la France", elle devait insister sur les priorités qui lui sont chères, comme la "social-écologie" ou l'encouragement aux PME. Sans manquer de valoriser son bilan à la tête d'une région qu'elle entend conserver en 2015, mais en évitant de franchir la ligne jaune vis-à-vis du gouvernement. Car tel est le difficile équilibre qui est le sien : ne pas trop en faire pour réintégrer le coeur de la famille socialiste, mais en faire suffisamment pour ne pas risquer une banalisation.

Partager cet article

Commenter cet article