Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Bientôt du soja sans OGM made in Poitou-Charentes

22 Août 2013 , Rédigé par Yvon GRAIC

Pour en finir avec les coûteuses importations américaines, le Gaec du Porche à Thorigné, participe à une expérience inédite de production locale.

Le soja est un aliment épatant pour le bétail. Ce cousin du haricot, riche en protéines, contient quantité de glucides, de lipides, de vitamines A et B, de phosphore, de fer, de zinc… Qui plus est, il est peu gourmand en eau et en azote, ce qui est profitable à l'environnement. Non, vraiment épatant, ce soja.
Le hic, c'est que sa culture sans OGM coûte cher (production moindre et plus de travail de désherbage). Résultat, l'essentiel de ce qui est utilisé par l'élevage français, soit trois millions de tonnes à l'année, nous vient des USA, du Brésil ou d'Argentine. En version génétiquement modifiée…

Les agriculteurs qui, comme Éric Simon et son frère, installés en GAEC à Thorigné, s'obstinent à nourrir leux vaches avec du soja sans OGM payent leur exigence de qualité au prix fort. « Pour nous, le sans OGM, c'est 30 % de plus, ce qui représente plus de 100 euros à la tonne et on a de plus en plus de mal à en trouver », expliquait hier Éric Simon, sur son exploitation, lors de la présentation d'un projet novateur : la mise en place d'une filière de production locale de soja sans OGM. 15.000 ha d'ici 3 ans. Éric Simon participe à l'expérimentation, dont l'objectif majeur, à terme, est de permettre l'autonomie en alimentation protéinique pour les éleveurs. Avec le soutien de la Région, qui a accordé une aide 30.000 € au projet, 60 ha de soja ont été mis en culture en Poitou-Charentes, dont deux parcelles à Thorigné et Sainte-Soline. Une étude de viabilité économique va être réalisée. « La Région suit très attentivement ce projet. Elle est prête à vous accompagner, a assuré Ségolène Royal hier à Thorigné.Aujourd'hui, l'importation pour l'alimentation du bétail coûte 1,9 milliard d'euros à la France. Cette filière, outre qu'elle permettra de réduire les coûts, sera créatrice d'emplois. 10.000 agriculteurs sont potentiellement concernés par ce projet qui correspond en outre parfaitement à la priorité de la Région qui est l'excellence environnementale. » La présidente du conseil régional s'est engagée à évoquer le sujet avec Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, en visite dans la Vienne ce jeudi.

nr.niort@nrco.fr

Partager cet article

Commenter cet article