Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Ségolène ROYAL RTL ce matin...Sarkozy:"Je l’ai trouvé artificiel"

16 Février 2012 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Actualité


Ségolène Royal, présidente socialiste de la... par rtl-fr

Jean-Michel APHATIE

Bonjour Ségolène ROYAL.

Ségolène ROYAL

Bonjour.

Jean-Michel APHATIE

La forme avant le fond, avez-vous retrouvé hier soir un peu du Nicolas SARKOZY que vous avez affronté en 2007 ?

Ségolène ROYAL

Il essayait d’être celui de 2007, la difficulté, c’est qu’il porte lourdement sur ses épaules un bilan, il faut le dire, assez catastrophique.

Jean-Michel APHATIE

Mais avant de parler du bilan, vous dites, il essayait, c’est-à-dire vous l’avez trouvé moins en forme, moins allant, moins dynamique, qu’est-ce qui fait que vous dites, il essayait ?

Ségolène ROYAL

Je l’ai trouvé artificiel. Pourquoi artificiel ? Parce que chaque mot, chaque phrase, chaque attention politique était le contraire de ce qu’il a fait et de ce qu’il a incarné pendant 5 ans.

Jean-Michel APHATIE

Vous avez un exemple ?

Ségolène ROYAL

Je vais prendre trois exemples.

Jean-Michel APHATIE

Trois, trois c’est beaucoup.

Ségolène ROYAL

Trois c’est beaucoup alors un seul si vous voulez.

Jean-Michel APHATIE

Allons-y.

Ségolène ROYAL

La France forte, mais jamais la France n’a été aussi affaiblie qu’aujourd’hui, la valeur travail, jamais le capital n’a été autant avantagé que pendant ces cinq années. Souvenons-nous du bouclier fiscal, jamais le travail n’a été autant taxé. Le social, jamais nous n’avons eu un quinquennat aussi antisocial. Et puisque… nous pouvons aussi compléter sur la question de la démocratie, jamais nous n’avons eu un pouvoir aussi concentré entre les mains d’un seul.

Jean-Michel APHATIE

Vous n’avez pas pris trois exemples mais quatre. La France forte, ce n’est pas…

Ségolène ROYAL

Il y en aurait d’autres d’ailleurs.

Jean-Michel APHATIE

Ce n’est pas un bon slogan, Ségolène ROYAL, la France forte ?

Ségolène ROYAL

Il en manque la moitié. Plus juste, la France serait plus forte, ça ne vous rappelle rien ?

Jean-Michel APHATIE

Je crois que quelqu’un a utilisé ce slogan, oui c’était vous je crois.

Ségolène ROYAL

Oui, oui c’était mon  intention politique, donc il en manque la moitié. La France serait forte si elle était plus juste parce qu’il faut une cohésion sociale dans un pays en période de crise économique pour qu’un pays se relève et pour que les citoyens aient le sentiment d’appartenir à un même destin collectif, or lorsque pendant cinq ans 1 % des Français ont reçu 15 milliards par an de cadeaux fiscaux, lorsqu’aujourd’hui les 10 % des Français les plus riches possèdent 60 % du patrimoine, la France s’est appauvrie, globalement pour les catégories moyennes et pour les catégories populaires, et jamais les inégalités n’ont été aussi fortes. Un pays où les inégalités se creusent est un pays qui s’affaiblit.

Jean-Michel APHATIE

L’un des grands mots d’ordre de Nicolas SARKOZY dans cette campagne électorale, c’est le recours au référendum, il ne faut pas avoir peur a-t-il dit hier soir de redonner la parole au peuple, qu’en pensez-vous Ségolène ROYAL ?

Ségolène ROYAL

Il a eu peur du peuple pendant 5 ans, puisque jamais le peuple n’a été consulté et notamment sur les grands enjeux de société. Souvenez-vous la mobilisation populaire lors de la réforme des retraites, les Français sont descendus huit fois dans la rue, les salariés, c’est la première fois qu’il y a eu autant de manifestations pour contrer une réforme antisociale.

Jean-Michel APHATIE

Ce n’est pas la rue qui fait la loi, c’est le Parlement.

Ségolène ROYAL

Ce n’est pas la rue qui fait la loi, mais lorsque le Parlement n’écoute pas les citoyens parce que la majorité de droite ne veut pas les écouter, lorsqu’il n’y a pas de référendum, en effet la rue se manifeste et c’est figurez-vous la liberté de manifestation inscrite dans la constitution.

Jean-Michel APHATIE

Ce n’était pas la liberté que je remettais en compte mais nous sommes d’accords pour dire que c’est le Parlement qui fait la loi dans une démocratie.

Ségolène ROYAL

Souvenez-vous qu’à ce moment là avec Jean-Luc MELENCHON, j’avais demandé, j’avais demandé un référendum. C’est une réforme de société majeure, la solidarité entre générations, la prise en compte de la pénibilité des taches, qui n’a pas été faite. C’est une réforme majeure, savoir comment les actifs paient pour les inactifs, donc voilà un sujet de référendum qui aurait eu un sens.

Jean-Michel APHATIE

En creux, ça veut dire que vous êtes d’accord avec son souhait d’organiser des référendums ?

Ségolène ROYAL

En creux comme vous dites…

Jean-Michel APHATIE

Si on parle de l’avenir, en creux vous dites, oui il faut faire des référendums, vous dites comme Nicolas SARKOZY.

Ségolène ROYAL

Vous le savez bien, j’ai toujours été favorable à la démocratie participative. Ca veut dire qu’à un moment sur des sujets majeurs, les citoyens doivent être consultés. Mais ce qu’il propose…

Jean-Michel APHATIE

Sur le principe il a raison donc ?

Ségolène ROYAL

Non, il a raison sur… le référendum est inscrit dans la constitution…

Jean-Michel APHATIE

En 97 vous avez gouverné, vous n’avez pas fait de référendum non plus.

Ségolène ROYAL

Attendez, là on est sur l’avenir.

Jean-Michel APHATIE

Oui, nous sommes d’accords. Donc pour l’avenir, il faut en faire.

Ségolène ROYAL

Où est-il artificiel pour reprendre cette expression que j’ai évoqué tout à l’heure, pourquoi est-il artificiel lorsqu’il propose un référendum, parce qu’il choisit lui le sujet de ce référendum qui n’a d’ailleurs aucun sens. Un référendum, c’est répondre par oui ou par non, donc c’est mettre sur la table un projet et demander aux Français s’ils sont d’accords. Mais vous croyez que les chômeurs n’ont pas envie d’accéder à des formations professionnelles ? Les chômeurs… donc la réponse serait immédiatement oui. Voulez-vous que les chômeurs accèdent à la formation professionnelle ? Ca y est le référendum est déjà fait, les Français diraient oui.

Jean-Michel APHATIE

L’idée est bonne, mais le thème est mauvais.

Ségolène ROYAL

Mais le thème est mauvais pourquoi ? Parce que c’est un thème qui est évident, enfin je veux dire, qui est instrumentalisé pour faire croire que les chômeurs sont des fainéants, voilà ce que fait Nicolas SARKOZY. Un référendum, ce n’est pas cela, la démocratie participative, ce n’est pas cela, c’est respecter les citoyens en considérant qu’il y a une intelligence populaire, une intelligence des citoyens qui veulent participer aux décisions qui les concernent. Et moi je demande un référendum sur les retraites, sur la réforme des retraites, puisque nous devrons la remettre à plat. Un  référendum sur la mutation énergétique car il est très important que les Français s’en saisissent car c’est la modification de chaque comportement qui va permettre cette mutation énergétique et une consultation populaire sur la réforme fiscale. J’ajoute, j’ajoute qu’est inscrit désormais dans la constitution le référendum d’initiative populaire.

Jean-Michel APHATIE

Depuis 2008, mais pas, on n’a pas la loi organique qui permet de l’organiser…

Ségolène ROYAL

Mais les textes d’application ne sont pas appliqués. Ca veut dire qu’une fois de plus Nicolas SARKOZY a dit le contraire de ce qu’il a fait puisque le référendum d’initiative populaire que nous avions voulu organiser lors des manifestations pour les retraites n’a pas pu être organisé, il aurait suffi de quatre millions de signatures pour obliger le Parlement à débattre d’un texte.

Jean-Michel APHATIE

Ce que vous dites Ségolène ROYAL est différent de ce que dit François HOLLANDE, le candidat du Parti socialiste que vous soutenez parce que lui n’a jamais parlé de référendum. Il n’a jamais dit qu’il ferait un référendum par exemple sur les retraites ou sur les sujets que vous avez évoqué, l’énergie nucléaire par exemple, vous souhaitez que François HOLLANDE s’engage lui aussi sur l’organisation d’un référendum s’il est élu président de la République ?

Ségolène ROYAL

Mais pardonnez-moi ce n’est pas exact ce que vous dites, François HOLLANDE a clairement dit qu’il y aurait une consultation sur la réforme fiscale et sur…

Jean-Michel APHATIE

Nous sommes d’accords pour dire que le mot de référendum, il ne l’a jamais employé.

Ségolène ROYAL

Il n’a pas utilisé le mot de référendum.

Jean-Michel APHATIE

Je suis content de voir que nous sommes d’accords.

Ségolène ROYAL

Il n’a pas utilisé le mot de référendum mais attendons de voir…

Jean-Michel APHATIE

Mais vous lui demandez de s’engager à organiser des référendums s’il est élu ?

Ségolène ROYAL

Ce n’est pas ma façon de faire de donner des injonctions aux candidats, en revanche…

Jean-Michel APHATIE

Vous souhaitez qu’il y ait des référendums.

Ségolène ROYAL

Je souhaite qu’il y ait une démocratie participative. Je souhaite que les citoyens soient associés aux décisions qui les concernent. Je pense que la démocratie citoyenne renforce la démocratie sociale dans l’entreprise, renforce la démocratie parlementaire et n’est pas opposée aux autres formes de la démocratie dont un pays a besoin pour avancer et pour progresser. Et j’irai même au-delà, je crois que c’est la dégénérescence de la démocratie qui explique beaucoup de difficultés économiques, sociales et écologiques, pas seulement en France, en Europe aussi. Regardez les émeutes du peuple grec, si les peuples avaient été associés aux règles européennes, nous ne serions pas dans cette difficulté là et regardez aussi à l’échelle mondiale, les aspirations des indignés qui considèrent qu’ils ne sont pas associés aux décisions qui les concernent.

Jean-Michel APHATIE

Ségolène ROYAL, le thème fait consensus, c’est le référendum, était l’invitée de RTL.

Partager cet article

Commenter cet article