Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Ségolène Royal et les brigades des acclamations

19 Décembre 2010 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Débat

http://www.exprimeo.fr/images/logo_exprimeo.gif

Ségolène Royal poursuit sa campagne avec une détermination qui tranche avec les décharges d'adrénaline organisées minutieusement par les médias institutionnels.

Les médias classiques sont les brigades d'acclamations des candidatures qui font vivre les audiences.

Aux Etats-Unis, lors des primaires, pendant longtemps, chaque correspondant recevait un petit bréviaire du "parfait reporter" pour résumer les éléments à respecter pour faire vivre la campagne donc les audiences.

Il était possible d'y lire notamment :

- ne jamais faire de pronostic définitif,

- toujours prolonger sur le suspens sur l'issue du scrutin,

- choisir les enquêtes où les écarts sont les plus faibles,

- mettre en valeur les incidents de campagnes qui peuvent faire rebondir les intentions de votes,

- mettre en doute les sondages qui creusent des écarts trop importants,

...

Anthony Broh avait conçu un manuel pratique digne du turfiste.

C'est ce qui est vécu en France actuellement.

Des exemples :

- DSK s'apprête à confirmer sa non-candidature. Nicolas Hulot deviendrait le "nouveau candidat".

- Jean Louis Borloo ne remplit aucune des conditions pour être candidat. Mais son moindre fait et chaque geste est suivi "comme si ..." alors que Ségolène Royal ou Dominique de Villepin sont engagés mais quasi - ignorés,

...

Des journalistes se comportent comme s'ils avaient la haute main sur les qualifications et organisent les brigades d'acclamations.

Il n'est pas sûr que cette attitude plaise encore longtemps à l'opinion qui commence à avoir le sentiment d'être manipulée.

http://4.bp.blogspot.com/_0wLZxXIP3XI/Seshv6drqWI/AAAAAAAABf8/yZK727le4Pw/s400/joueur2flute.jpg

Partager cet article

Commenter cet article

jeff 19/12/2010 22:11





Mais qui a vendu le PS à FABIUS




19/12/2010 à 18h04 -le post



 




Voilà plusieurs semaines que l’ancien Premier Ministre Socialiste squatte les plateaux télé. Chaque fois il nous en apprend un peu plus sur le déroulement des primaires.
Dernière confidence en date, le patron du FMI verrait l’idée de se présenter aux primaires faire lentement son chemin. Coluche aurait dit «  quand on en sait aussi peu que ça, on ferme sa
G…. ».


 


Mais revenons un instant sur cette confidence. Si elle est vraie, et FABIUS nous l’assure, quel luxe que de pouvoir réfléchir
à son plan de carrière, quand dans le même temps des milliers d’ouvriers voient leur emploi confisqué par les caprices du titanesque marché, au sommet duquel, comble du cynisme,
on est assis.


Tout dans le comportement qu’affiche Laurent FABIUS prête à confusion. Il semble vouloir s’affirmer comme étant maître d’œuvre des
primaires, déguisant maladroitement cette suprématie, sous le faux habit du sage. Avec sa suffisance habituelle il distribue les prix de vertus. Premier prix à DSK, second à AUBRY,
troisième à lui-même. Quant aux autres candidats, il les relaye au rang de simples
« aspirants ». Il n’oublie pas au passage de distiller à ces « comiques troupiers » le sage conseil de « préserver l’unité »


Si je n’étais pas un socialiste témoin de la chienlit qui a détruit le PS en 2005, et dont le conseilleur d’ aujourd’hui a été le
principal artisan, j’éclaterais de rire. Malheureusement cette leçon donnée par un fossoyeur ne m’amuse guère. Cet espèce d’éléphant dégingandé, posant son condescendant regard sur les
candidatures déjà déclarées les raille en prétendant que " avant l'heure c'est pas l'heure".


Certes, mais après l'heure c'est plus l'heure. Lui qui a magistralement  manqué le train de son destin, devrait y réfléchir.  Qu' il arrête d’entraver les espoirs
socialistes au seul profit de ses désormais modestes ambitions


Ne vous y trompez pas, l’éléphant ne pense qu’à lui.  Il est fort à parier qu’il a déjà échangé le soutien à ses favoris contre un
perchoir ou un maroquin.  Comme pour mieux se vendre il se reconnaît, exempt de toute modestie en la matière, l’unique qualité
de pouvoir parler à toutes les gauches, en regard de son histoire personnelle.


Le drame avec ce genre d’individu, bien plus imbu de leur personne que de leurs convictions,  c’est qu’ ils "contaminent"  le  Parti  et
l' enferment dans un archaïsme qui le condamne auprès de l’opinion.


Ce qui manque au PS, c’est un cimetière des éléphants.


Che64