Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Ségolène Royal créera-t-elle la surprise face à Hollande, DSK et Aubry ?

4 Mai 2011 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Ségolène ROYAL

http://i.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L318xH90/siteon0-f4356.png

par Neptune mardi 3 mai 2011

C'est la question que la " petite élite politico-médiatique" que dénonce Ségolène Royal refuse de se poser.

Les instituts de sondages se dispensent même, dans leur grande majorité, de la tester dans les sondages. Ce qui, au delà de ses chances réelles, me parait assez choquant en terme d'honnêteté et du respect de l'histoire récente de notre vie politique.

Il n' y a pas beaucoup de pays démocratiques qui, au vu des prochaines élections présidentielles, se permettraient de faire disparaître des possibles présidentiables celui ou celle qui a rassemblé les francais à la dernière élection. 18 millions de francais ont voté pour Ségolène Royal en 2007. Ne serait ce que pour cela, par respect, oui, pour l'histoire récente de notre pays, du vote des francais, mais aussi du chemin parcouru par Ségolène Royal en tant que politique pour en arriver là - et duquel aucun de ses petits camarades ne peut se vanter, le peu de cas que l'on accorde à Ségolène Royal me semble malhonnête et injuste à la fois. A ma connaissance, DSK, promu LE candidat socialiste sauveur de 2012, s'est bel et bien fait battre à 20% dès le premier tour aux dernières primaires socialistes-

Mais j'entends déjà nombre d'arguments, de justifications - systématiquement les mêmes- et qui, faute d'être démontés- perdurent.

1- "Ségolène Royal a fait perdre son camp en 2007. La défaite a été cuisante".

Ce genre de réflexion illustre tout à fait le consumérisme de notre société - on aime, on encense, puis on jette-, ce qui est, je crois, l'inverse d'une démarche politique, et particulièrement celle qui consiste à briguer un mandat de chef d'état. Faut-il rappeler que Francois Mitterrand s'est successivement présenté à l'élection présidentielle de 1965, 1974 pour ne finalement se faire élire par les francais qu'en 1981 ? que jacques Chirac s'est présenté en 1981, 1988 puis 1995 qui l'a vu, contre toute attente - on l'enterrait lui aussi face à Balladur- enfin remporté le suffrage des francais ? Ajoutons à ces trois candidatures à la présidentielle de nos deux derniers chefs de l'état le score de Chirac en 1988...45, 98% des voix contre 54, 02% pour Mitterrand. Cela ne l'a pas empêché de remporter l'élection présidentielle de 1995...Quand j'entends les termes de " raclée", "défaite cuisante" etc...attribuées à Ségolène Royal qui a honorablement fait 46, 94% des voix, cela me laisse dubitatif...D'autant plus dubitatif que depuis Mitterrand, Jospin n'a non seulement pas gagné en 1995, mais qu'au bout de cinq ans à Matignon, il n'est même pas arrivé au second tour en 2002 ce qui tout de même, avec cinq ans pour faire ses preuves, est un cruel désaveu. Ajoutons à la défaite de Royal en 2007 les accointances et les amitiés de Nicolas Sarkozy avec les grands groupes de presse et de télévision qui n'étaient un secret pour personne...L'élection présidentielle se mérite, à mon avis. C'est une rencontre avec le peuple francais et les échecs en la matière renforcent les politiques plus qu'ils ne les affaiblissent, en tout cas pour ceux qui acceptent de faire amende honorable de leurs échecs ce qui n'a pas été le cas de Lionel Jospin.

2- "Ségolène Royal est isolée dans son propre camp".

Le parti socialiste et une grande partie de la presse l' isolent. C'est très différent. J'ai cité l'exemple de Chirac en 1995 qui me parait assez éloquent. Quant à Ségolène Royal, une partie de sa défaite en 2007 est grandement due au manque de ralliement et de fair play de son propre camp. Pas un des caciques du PS - fabius, DSK, Aubry, Jospin, Guigou, Allègre, etc...- n'en voulaient. Ségolène Royal a souvent déploré le manque de discipline de son parti, son manque de sens de la démocratie et elle a raison. A 60% de voix en 2006 contre 20% pour DSK, et 17% pour Fabius, il n'y avait aucune ambiguité à avoir...Et encore moins de scupules à avoir quand la candidate est au PS depuis 1978, a fait sciences po, l' ENA, a été conseillère de Mitterrand à l élysée pendant 7 ans, députée, 2 fois ministres, présidente de région...Ce n'était ni la légitimité, ni les compétences qui lui manquaient. Juste le jugement de ses petits camarades à qui elle ne plaisait pas, c'est tout. Sarkozy ne plaisait pas à beaucoup, notamment les chiracquiens, en 2007. Ca n' a pas empêché les politiques de droite de se ranger derrière lui et de faire ainsi gagner leur camp.

C'est le peuple qui s'exprime. " on ne volera pas l'éléction aux francais" dit Ségolène Royal...

Lors du congrès de Reims, alors qu'une fois de plus, tous les ténors du PS étaient contre elle et avaient brodé une alliance pathétique pour ne pas la faire passer - de DSK représenté par Aubry jusqu' à Hamon, il y a un grand fossé !- Royal s'est tout de même hissée à 50% - enfin, 49, 98%-...

Quand on sait les bourrages d'urnes massifs en faveur d' Aubry - et pour cause, tout l'appareil était derrière elle-, que le congrès de Reims avait été reculé à novembre 2008 pour affaiblir le souffle présidentiel de la candidate de 2007, on se dit qu'effectivement, l'isolement dans son propre parti est très relatif quand on a la ferveur des militants...Je rappelle au passage que Royal s'est refaite élire à 61% dans sa région l'année dernière.

3- " Elle est très bas dans les sondages".

"Les sondages ne font pas une éléction" nous dit Ségolène Royal aujourd'hui. Ca ne manque pas d'amuser beaucoup de gens puisqu'elle même en a bénéficié en 2006. Pourtant, si l'on regarde les nombreuses archives de cette époque, Ségolène Royal le disait déjà alors qu'elle était très bien placée. Elle n'a jamais cru aux sondages de candidats, même si'elle est friande des enquêtes d'opinions concernant les préocuppations des francais. Ce qui est très différent...

 En 1995, alors qu elle était partisane de la candidature de Jacques Delors, tout le PS poussaient des cris d'orfraie parce que l' homme en question était un libre penseur. Royal, pour autant, n'a jamais vraiment soutenu Jospin par la suite qui s'est imposé comme le candidat naturel après avoir évincé Emmanuelli. Grand bien - ou grande intuition- lui en a fait puisque l'homme, effectivement, n' a jamais été élu. En 1996, elle a écrit un livre, très politique, et reconnu comme très interessant même par ses détracteurs, " la vérité d'une femme". Elle y parle déjà du fossé entre les élites et le peuple, du manque de concrêt de la politique, de la nécessité d'associer davantage les citoyens à la politique. Ce n'est pas étonnant qu'elle n'ait pas cru à Jospin. Elle y a sans doute vu une manière d'exercer le pouvoir paternaliste, conservatrice et éloignée des gens.

Royal, et c'est une de ses particularité, le répète depuis des années. Elle ne croit qu'au suffrage universel et aux votes dans les urnes.

Elle fait son chemin. Les rares sondages un peu plus explicites la garantissent toujours la meilleure auprès des jeunes et des classes populaires. Le fait qu'elle soit populaire chez les 18- 24 ans est d'ailleurs assez troublant. C'est comme si les jeunes avaient beaucoup plus conscience d'une nécessaire stabilité dans l'opposition. Il y a une fidélité, y compris dans les classes populaires, dont la fameuse élite ferait bien de se méfier...

Car il y a un fait, indéniable à mes yeux, c'est que l'ostracisme dont a été objectivement victime Ségolène Royal a été un beau gachis pour les socialistes. Si l'appareil du parti avait été fidèle et loyal à celle que le peuple leur avait désigné comme leader démocratiquement élue, le PS serait en état de marche, prêt à mette une " raclée" à la droite, cette fois.

Qu'ils aient essayé de l'achever si je puis dire une dernière fois à Reims, passe encore.

Mais quand la dernière candidate à la présidentielle fait 50% à l'élection du premier secrétaire, il y a là une incohérence, une erreur énorme et assez impardonnable.

Ils l'avaient, leur leader...Ils ont pris le risque, aux yeux et à la barbe des militants, de l'évincer, malhonnêtement en plus. Ils en paient aujourd'hui le prix...Et encore ! aucune prise de conscience réelle. Malheureusement, c'est le peuple qui paie...Quand on entend martine Aubry s'approprier - bah tiens !- et comparer les 54% de la gauche aux cantonales aux 46, 95% de Royal en 2007, on ne peut s'empêcher d'être estomaqué par tant d'irréalisme...Les gens qui ont voté pour la gauche aux cantonales n'ont pas voté pour Martine Aubry. Ca montre bien la cécité et la sureté de soi alors que tous les signaux sont au rouge pour 2012...Pas de programme très pugnace pour 2012, pas de candidat indentifiable auquel les francais peuvent s'habituer.

 Que de temps perdu ! Et que de chemin, de travail ils auraient pu fournir pour être prêts aujourd'hui si ils ne s'étaient pas fourvoyés dans des querelles d'égos.

Ce travail là, efficace, démocratique, et sans bavure, c'est Marine Le pen qui l'a fait dans son propre parti. Ségolène Royal le reconnait d'ailleurs. Au FN, Ils ont eu une campagne interne, propre, loyale, efficace et démocratique. Ils ont aujourd'hui une candidate pour 2012, suffisamment tôt pour que les francais s'en imprègnent, l'adoptent, s'y habituent...Qui , maintenant qu'elle est installée dans le paysage politique comme présidentiable, martèle ce qui seront ces grandes idées pour 2012. On est à un an de la présidentielle. Le timing est parfait...

Si les socialistes avaient eu cette loyauté pour Ségolène Royal au lieu d' être des mauvais perdants, les francais se seraient habitués à la dame du poitou, ils ont bien été 18 millions à voter pour elle... Et le PS serait en état de marche aujourd'hui...

 

ET MAINTENANT ?

Hé bien ,maintenant que Ségolène Royal est en effet affaiblie, tant dans son parti que par la presse, son image, bien sûr, et son apparente capacité à rassembler est écornée. Le mal est fait. Ou le bien, pour d' autres. - mais comme selon moi, on ne peut pas IMPOSER le bien, à n'importe quel moyen-. Ségolène Royal espère que les militants garderont mémoire des combats qu'elle a initiés. je suis de ceux là. je reste fidèle à celle qui me parait la plus légitime. Mais seront ils nombreux ?

Le résultat de ce gachis est tout de même assez éloquent et aucun sondage ne pourra contredire le sentiment des francais que j entends tous les jours et que n'importe quel francais lambda constate dès qu'il parle politique avec son voisin, au café du coin, en famille, etc...

- les gens ne croient pas que le PS ferait beaucoup mieux que l' UMP au pouvoir. Ils considèrent le PS comme libéral, mondialiste sans retenue, et à coté des préocuppations des gens.

- les gens sont écoeurés de la politique en général, de la justice à deux vitesses, des privilèges quels qui soient - ceux des artistes, des sportifs, des grands patrons, des banques, des fonctionnaires, le tout indifférencié-

- le sentiment d'insécurité générale augmente.

Ceux qui décident de l'air du temps dans leurs journaux ou leurs partis feraient bien de lire les forums sur internet. Rarement, la défiance des francais, le sentiment d'écoeurement n'ont été si grands...

L' UMP comme le PS sont au coude à coude dans les sondages et le grand enjeu, c'est de savoir lequel des deux sera face à Marine le pen. On parle même de changer le mode de scrutin et de faire, selon Terra nova, une sorte de jugement majoritaire"qui éliminerait tous les candidats jugés indignes...

Au lieu de penser à changer le mode scrutin, les politiques, à l' UMP comme au PS, feraient bien d'avoir de véritables propositions...

Et le PS en premier chef puisqu'il a l'obligation de réussir 2012 s'il ne veut pas signer son arrêt de mort.

Mais j'oubliais, au milieu de la panique générale, qu'il y a un sauveur : DSK.

DSK qui met la grèce, l'irlande et bientôt le portugal à genoux, qui diminue drastiquement dans les deux premiers pays tout ce qui fait les piliers sociaux d'un pays :

- baisse des retraites dejà misérables - à coté en France, on est presque lotis-

- baisse du salaire des fonctionnaires

- baisse du SMIC - 12% en irlande...imaginez vous baisser notre SMIC de 1076 euros à à peu près 950 euros ?-

- baisse des allocations chomages

- baisse des budgets de l'état, dont l'éducation - on voit les dégats en france-

-privatisations massives...

 

Allons-nous céder à la panique et élire, parce qu'il fait foi dans les sondages, un homme qui ne fait pas une politique de gauche ?

Je rappelle que Ségolène Royal - et ce, avant la crise de 2008- demande sans relâche de :

- mettre les banques au pas. que L'état, en les renflouant, aurait dû rentrer dans les conseils d'administration. Qu'elles fassent leur travail en prêtant aux PME et qu'elles différencient clairement leurs activités spéculatives de leurs activités de prêt aux particuliers qu'elles n'honorent pas. quitte à ce que l'état le leur impose.

- interdire ou encadrer très strictement les crédits revolving.

-interdire les licenciements abusifs dits économiques quand il y a réels bénéfices. Rembourser les aides de l'état sinon.

- conditionner les aides aux entreprises à une politique d'embauche des jeunes.

- imposer une plus juste répartition capital - travail.

- developper la croissance verte, synonyme d'innovation et d'emploi dans le BTP, l'industrie, les transports...préparer l'après -pétrole.

- rétablir la retraite PLEINE à 65 ans - et non à 67- et laisser la liberté aux gens de partir à 60 ans s'ils le souhaitent.

-sanctuariser le budget de l' éducation qui représente les forces vives de demain dans le monde du travail.

Je me permets de dire aux lecteurs, et aux socialistes en particulier, quelles que soient leurs inclinations et leurs préférences, de bien réfléchir pour les primaires, de ne pas céder à la panique des sondages, d'écouter les idées pour ce qu'elles sont - et non pas par qui elles sont dites- et de voir, vraiment, en toute objectivité, qui peut ramener, à gauche, des forces de progrès en France.

Partager cet article

Commenter cet article

bironneau 07/05/2011 16:40



je suis du meme avis que vous ,j'ai lu votre article avec beaucoup d'attention


concernant la presse,dsk & les autres.


je soutiens Ségolène ++ elle a la niaque et beaucoup de courage vis a vis de son camp!  qui lui tire a boulet rouge sans cesse  .alors je dis courage ségolène et continuer votre route
sans vous retournez