Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Ségolène Royal , celle qui peut tout changer ....

20 Juin 2011 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Ségolène ROYAL

http://www.lepost.fr/medias/www/1.0.512/img/header/logo-Le-Post.gif     Publié par  The Rosebud

 

Samedi 18 Juin

700 à 800 personnes se massent dans une maison de quartier pour venir écouter Ségolène Royal. Il y a là des habitants de la Paillade, le plus grand quartier populaire de Montpellier. Des gardois, des toulousains, des perpignanais, des anonymes, des petites gens, des mamas voilées qui brandissent des drapeaux du PS sur lesquels on peut lire " Le changement" ou "Ségolène Royal 2012 ".
De la joie, de l'allégresse, de la simple gentillesse.
Des jeunes gens s'activent en tout sens dans une fébrilité réelle liée à la fierté de recevoir "Ségolène " comme ils disent. Cette nouvelle France, métissée, fière et créative.
La réunion démarre, heureuse, joyeuse.
Et puis , quelques femmes en colère choisissent la provocation. Elles invectivent avec virulence, protégées par des gros bras, barbus, qui se planquent lachement  derrière elles.
Une fois, deux fois, trois fois.
Royal, imperturbable, prend la parole, évoque la République, et lance un avertissement sévère au groupuscule qui s'est faufilé, profitant d'une ambiance ouverte, bon enfant et enthousiaste . " Personne ne peut dicter sa loi dans les quartiers. La loi de la République s'applique ici aussi. Et je remettrai de l'ordre juste, ici aussi".
Tonnerre d'applaudissements. Fin  de la réunion publique .
 
Pas une seconde, la Présidente de Poitou-Charentes ne s'est laissée déstabiliser. Elle en a certainement vu d'autres mais n'empêche : l'exercice reste tout de même trés complexe, surtout lorsqu'on s'appelle Ségolène Royal et qu'on est passée au crible médiatique matin midi et soir. 
 

Mais surtout, elle est ( à nouveau ) la première a oser défier cet obscurantisme  qui transforme, années après années, les quartiers populaires, lassés de fausses promesses, d'abandon et de mépris, en zone de non-droit, en territoires perdus pour la République.

Samedi, à Montpellier, Ségolène Royal s'est dressée contre ce diktat rampant , invisible que la gauche cache depuis tant d'années sous un tapis de bons sentiments.  

Elle est la première socialiste, et la première femme politique de ce niveau à oser réinvestir ces lieux avec humanisme et sévérité.
Et c'est elle qui a raison.

Il serait tellement plus  confortable de laisser faire, de se promener dans des endroits faciles, de s'offrir à bon compte des bains de foule souriants.
Ca n'est pas la voie que Ségolène Royal semble avoir choisie.
Un grand journal titrait d'ailleurs  la semaine dernière " Royal va au contact".
Oui, entourée, comme Samedi d(une foule qui parait plus nombreuses à chacune de ses réunions publiques.
Etrange décalage entre les sondages, les commentaires et ces salles bondées, qui semblent déborder de dynamisme et d'espoir. 

On ne peut pas prôner le changement sans prendre aucun risque. 
Ségolène Royal prend tous les risques parce qu'elle veut le changement. 

Partager cet article

Commenter cet article