Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Ségolène Royal "appartient pleinement au PS"

13 Décembre 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Sondages

http://www.lexpress.fr/imgstat/logo_lexpress.gif

Selon l'institut BVA, 74% des sondés pensent que Ségolène Royal est "un handicap" pour le PS.

Sa porte-parole, Najat Vallaud-Belkacem, réagit à cette étude.

Pour vous, quel est l'intérêt de ce sondage?

Les sondages sont intéressants, je suis d'avis de ne jamais les ignorer même s'il faut toujours les prendre avec précaution. Certaines questions me paraissent orientées, d'autres auraient mérité d'être posées.

Ségolène Royal se montre-t-elle trop indépendante vis-à-vis du PS?

Elle a une grande liberté de pensée et de parole qui parfois déconcerte, mais qui permet aussi de faire avancer certaines idées. Je pense a la rénovation des pratiques militantes, aux primaires, à la critique de la taxe carbone...

Mais Ségolène Royal appartient aussi pleinement au PS, elle a été sa candidate aux présidentielles, elle a réuni sur son nom près de 50% des militants à Reims, elle est la candidate désignée par les militants pour les régionales et elle est sa représentante au sein de l'Internationale Socialiste.

Vous êtes à la fois membre de la direction du Parti socialiste et porte-parole de Ségolene Royal, comment concilier les deux?

Je soutiens Ségolène Royal et je travaille loyalement avec tout le monde. Il y a des socialistes de grande valeur dans tous les courants et on s'entend heureusement sur l'essentiel. Je partage les combats de la direction du parti contre la politique gouvernementale et en faveur de plus de justice fiscale, sociale et environnementale.

Je suis, en outre, très favorable à l'entreprise de rénovation du PS qui n'est pas étrangère à ce que Ségolène Royal a elle-même insufflé.

Il faut aussi faire bouger le PS sur d'autres plans. Il faut notamment qu'il soit au clair sur son positionnement sur l'échiquier politique et donc sur la question des alliances. Les points de vues sont aujourd'hui partagés sur ce point.

Ségolène Royal avait dit jeudi sur Europe 1: "Le parti n'est qu'un instrument au service des hommes et des femmes dans un pays [...] Je ne me bats pas pour le Parti socialiste". Que veut dire cette déclaration, notamment la dernière phrase?

Elle se bat pour changer la société, la France et défendre les Français. Les partis sont au service de cette ambition. C'est le sens de l'engagement de tout homme ou femme politique qui ne se bat pas d'abord pour lui même, mais pour son pays et ses concitoyens. Ségolène Royal ne dit pas autre chose.

Ségolène Royal promeut la démocratie participative et les primaires ouvertes. Le renouveau de la vie politique doit-il forcément dépasser les courants et les partis?

Les partis sont un outil central de la démocratie. Le renouveau de la vie politique réside cependant dans la capacité des partis à s'ouvrir sur la société, à rénover les pratiques militantes, à laisser plus de place à la participation citoyenne, à investir les réseaux sociaux, à attirer a eux les universitaires, les artistes, les intellectuels... On ne peut pas rester engoncé dans de vieux schémas. De ce point de vue, les primaires sont une chance.

Deux mouvements gravitent autour de Ségolène Royal. D'un côté, l'Espoir à gauche, le courant issu de sa motion présentée à Reims. Animé par Vincent Peillon, Ségolène Royal veut placer à sa tête Jean-Louis Bianco, Gaëtan Gorce et vous-même. De l'autre, Désirs d'avenir, son association. Comment ses deux mouvements peuvent-ils s'articuler?

Beaucoup d'adhérents de Désirs d'Avenir sont aussi militants d'Espoir à gauche dés lors qu'ils sont au PS. Mais beaucoup de membres de Désirs d'avenir ne militent dans aucun parti et appartiennent à la société civile. Désirs d'avenir peut permettre à Espoir à Gauche de s'ouvrir sur la société civile et de changer notre appréhension de certains sujets.

Quelle la différence entre Désirs d'avenir et un parti politique classique?

Désirs d'avenir n'est pas un parti, c'est un réseau social participatif qui soutient la démarche de rénovation de la vie politique de Ségolène Royal et l'enrichit. C'est une des nouvelles formes de militantisme à cheval entre la société et les partis.

Partager cet article

Commenter cet article

S.R. 14/12/2009 12:32


Nulle n'est prophétesse en son pays.