Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Sagesse.......

18 Novembre 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Espoir à Gauche

Sur Le Post, Jean-Pierre Mignard -à la fois proche de Royal et de Peillon- appelle à un cessez-le-feu et propose un scénario de sortie de crise.

Le bras de fer se poursuit entre Vincent Peillon et Ségolène Royal pour le contrôle du courant l'Espoir à gauche, principal courant du PS.
Vincent Peillon et Ségolène Royal, à Paris, le 19 janvier 2008.Ségolène Royal a repris la main sur L'Espoir à gauche, en confiant l'animation de ce courant du PS à trois de ses proches. Une décision qui écarte de facto Vincent Peillon de l'animation de ce courant.

Ce dernier n'a pas accepté de se "laisser congédier" et a estimé mardi soir sur BFM TV que le cas de son ancienne championne relève de la "psychiatrie lourde". Ce mercredi matin, Vincent Peillon en a remis une couche, en lançant sèchement à sa rivale sur Europe 1: "Ségolène, arrête-toi, occupe-toi de tes régionales".

De son côté, la patronne du PS Martine Aubry a pris ses distances, en disant mardi soir sur France 2 qu'elle "préfère ne pas voir ça". Elle a également appelé à un cessez-le-feu ce mercredi midi, en reprenant une formule de... Ségolène Royal: "J'en appelle à la fraternité."

Que pense Jean-Pierre Mignard de cette querelle entre deux de ses proches?

Depuis la rentrée, l'avocat et ami de 20 ans de Ségolène Royal s'est éloigné de plus en plus de la présidente de Poitou-Charentes, sans rompre totalement avec elle. Il semble s'être rapproché de Vincent Peillon, sans pour autant perdre sa liberté de parole.

Sur Le Post, Jean-Pierre Mignard, qui est à la fois membre du bureau politique de l'Espoir à gauche et du conseil national du PS, appelle à un cessez-le-feu. C'est la première fois qu'il s'exprime depuis le début de la polémique Royal-Peillon.

Jean-Pierre Mignard et Ségolène Royal.
Que pensez-vous de la confrontation entre Vincent Peillon et Ségolène Royal?
"Je n'en pense pas du bien. D'abord pour chacun d'eux, que j'estime. Ensuite parce que tout cela obscurcit les enjeux de la politique, dont la mission première est de servir l'intérêt général. On ne peut être que peiné par tout cela... Je souhaite que cela prenne fin, et vite."

"Je suis le leader de l'Espoir à gauche", a déclaré Vincent Peillon sur Europe 1. Le pensez-vous aussi?
"Le leader de l'Espoir à gauche n'est ni Vincent Peillon, ni Ségolène Royal. Personne n'a le droit de s'approprier ce courant, dont les leaders ne sont que les cadres, élus par ses adhérents. L'Espoir à gauche est une communauté humaine, démocratique, qui n'est la propriété de personne. Ce qui a fondé ce courant, ce sont ses valeurs et les procédures qu'il propose."

Que proposez-vous pour que Ségolène Royal et Vincent Peillon arrêtent leur bras de fer?
"Déjà, il faut que l'on fasse l'examen des effets de cette confrontation verbale -dont chacun aurait pu se passer- sur les fondations de ce courant."

"Il faut qu'une équipe d'animation de l'Espoir à gauche puisse se charger de faire vivre les valeurs et les projets de ce courant. Cette équipe, composée de plusieurs personnalités, devra être élue par les militants. Il faut que l'expression de la volonté des adhérents soit reconnue comme légitime par tous."

"Nous ne devons pas nous en remettre à un homme providentiel. Nous ne sommes pas des grenouilles qui demandons un roi ou une reine!"

"D'ailleurs, début janvier, j'animerai une réunion de l'Espoir à gauche et je m'adresserai à tout le monde, Ségolène Royal comme Vincent Peillon, sans exclure personne."

En voulez-vous à Ségolène Royal de s'être rendue à Dijon, sans l'accord de Vincent Peillon?
"Sa venue aurait dû être préparée bien avant la réunion de Dijon. La confusion est liée au fait que certains dirigeants de cette motion ne se parlaient plus. L'absence de parole est destructrice donc il faut restaurer le dialogue au sein de ce courant."

Il y a un mois, dans une interview au Post.fr, vous demandiez à Ségolène Royal de ne pas "s'enfermer dans son statut de candidate à la présidentielle". Vous le pensez toujours?
"Oui, nous n'avons pas besoin d'entendre pour le moment les présidentiables. Qu'ils ne s'inquiètent pas, leur temps viendra! Avant ce moment-là, il faut poursuivre le processus qui s'est manifesté à Dijon ou à Marseille, en le mettant à l'abri des compétitions présidentielles. Surtout après ce qu'il s'est passé entre Ségolène Royal et Vincent Peillon. Je pense qu'il faut créer un champ de valeurs commun qui permettra de donner un sens à la candidature du premier tour de 2012 et une convergence pour le second tour. Si on ne prépare rien, on se retrouvera dans la même situation qu'en 2002, voire pire, comme en 2007."

Pensez-vous, comme Vincent Peillon, que Ségolène Royal "ne pourra pas faire gagner" la gauche en 2012?
"Non, je m'interdis de barrer la route à un candidat, quel qu'il soit."

Partager cet article

Commenter cet article

Tiago_Jaïme 18/11/2009 20:30


Euréka!..d'abord je remercie l'ami Yvon...car quand je cherche ce qui se dit autour(large) de Ségolène, je viens sur son site. Je suis fidèle....

Remplacer Vincent à la tête de l'Espoir à gauche un courant..tiago ; un courant , euh quoi; uncourant un courant UN COURANT  un courant Tiago tu comprends! par trois têtes....Et puis là au
delà du grand Débat sans intérêt  de savoir s'il faut se fiancer avec  le modem, je vois  bien l'embarras de nos amis des courants de nous dire comment cela se crée comment cela
fonctionne et comment cela se dirige...j'ai déjà quitté le parti socialiste en 82 en partieà a cause de l'opacité des courants...Rien n'a changé, rien ne changera. Mais le Parti socialiste
fait partie de la Gauche et nous gouvernerons à Gauche, avec des idées de gauche avec le Parti Socialiste qu'il soit en tête ou pas de la gauche. et que j'y sois encore ou pas. Vive
l'union de la Gauche. ceux qui pensent que le modem est de gauche, je crois vraiment qu'il faut qu'ils osent aller au Modem

A Gauche Toute 


Eliane Lecoeur 18/11/2009 18:06


Désolée, ce n'est pas de la sagesse mais de l'hypocrisie ! Peillon a agressé S. Royal verbalement jusqu'à affirmer ce matin que c'était de la "psychatrie grave" § Pour qui se prend ce
Peillon qui ignore les militants, qui reproduit ici ce qu'il avait dénoncé lors du Congrès de Reuims : le manque de démocratie !

C'est lui qui se décrébilise. Nous n'en voulons plus à EAG. Ce monsieur veut s'accaparer d'un pouvoir qu'il n'a pas mais qu'il nemérite pas non plus. Alors, salut V. Peillon ! Vas jeter ton venin
ailleurs !