Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

S.Royal : "C'est une faute de penser que la sécurité est de droite"

27 Août 2010 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Ordre juste

http://www.lemonde.fr/medias/www/1.2.313/img/lgo/lemonde_tetiere.png

Pour en finir avec la gêne sécuritaire du PS, Ségolène Royal "propose de dire que la sécurité fait partie de la question sociale".

http://www.segorama.fr/images/stories/upp_sego.jpg

"C'est une faute de penser que le thème de la sécurité est de droite. La preuve c'est que la droite échoue." Alors qu'elle doit ouvrir à 14 h 15 l'université d'été du PS à La Rochelle avec un discours qui évoquera très certainement les questions sécuritaires, Ségolène Royal revient sur le contexte tendu de la rentrée politique et se prononce sur le rôle à jouer du Parti socialiste dans le débat sécuritaire, dans une interview à Libération (article payant), vendredi 27 août.

Pour en finir avec la gêne du PS en la matière, l'ancienne candidate à la présidence de la République en 2007 "propose de dire que la sécurité fait partie de la question sociale, puisque ceux qui souffrent de l'insécurité au quotidien – dans les quartiers, dans les transports, à l'école – sont aussi ceux qui souffrent de la précarité économique et sociale", explique-t-elle.

Interrogée sur la crédibilité du projet du PS, Ségolène Royal affirme que "tout le monde est conscient qu'il faut aller plus vite dans un contexte où l'alternance est possible, et aussi préserver l'unité des socialistes". "Les gens ne nous pardonneraient pas de nouvelles divisions", juge la présidente de la région Poitou-Charentes, qui estime, comme Martine Aubry, que son parti a "la responsabilité d'œuvrer pour un dispositif gagnant".

Une phrase d'apaisement, alors qu'un livre, sorti jeudi 26 août, rapporte des propos moins unitaires tenus en juin par l'ex-candidate. Séglolène Royal y affirme : "Si je pense que le projet est ingagnable, notamment avec les questions de sécurité sur lesquelles le PS a toujours été un peu mal à l'aise, ou s'il est totalement déconnecté de la réalité, je prendrai sans doute mes responsabilités."

Concernant son éventuelle candidature à la présidence en 2012, Ségolène Royal semble désireuse de calmer le jeu et de souscrire à la volonté d'unité qu'affichent les socialistes. Mais, alors qu'elle avait un temps expliqué qu'elle ne se présenterait pas contre Martine Aubry ou Dominique Strauss-Kahn, elle n'exclut désormais rien, et assure qu'elle "prendra sa décision quand le moment sera venu". "Pour le moment l'heure est au travail collectif autour du projet", ajoute-t-elle. Interrogée sur le fait d'être "plus isolée qu'avant", elle "rappelle que 50 % des militants ont voté pour (elle) au congrès alors que, déjà, on (la) disait isolée". Contrairement à ses habitudes, Ségolène Royal sera présente tout au long des trois journées d'université d'été socialiste.

 

En direct

 


 

 

Partager cet article

Commenter cet article