Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Retraites: le faux débat sur l'âge légal à 60 ans

17 Avril 2010 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Retraite

http://www.mediapart.fr/sites/all/themes/mediapart/mediapart/images/mediapart_head.png  Mathieu Magnaudeix

Comme si c'était déjà plié. A en croire Les Echos, la religion du gouvernement est déjà faite. Titre du journal économique du lundi 12 avril: «L'Elysée veut préparer les esprits, d'ici juin, au relèvement de l'âge légal de départ.» Alors que la «concertation» sur les retraites a juste débuté, ce lundi, l'exécutif souhaite augmenter «à 62 ou 63 ans» l'âge auquel il est possible de faire valoir ses droits à la retraite, que l'on ait ou non validé tous ses trimestres. Il est fixé à 60 ans depuis 1983.

Le Medef est depuis longtemps favorable à «sortir de ce tabou symbolique», rappelait dimanche Laurence Parisot sur RTL. Selon le patronat, cette mesure serait la plus efficace pour «équilibrer les régimes». Le Conseil d'orientation des retraites (COR) a calculé qu'un report à 62 ans en 2016 réduirait le déficit de la Caisse nationale d'assurance-vieillesse de 6,6 milliards d'euros par an. Cela ne réduirait pas tous les besoins de financements futurs, mais tout de même presque le déficit de 2009 (7 milliards). La CNAV estime que cette solution serait financièrement plus intéressante à court terme qu'un allongement de la durée de cotisation nécessaire, déjà relevée et fixée à 41 ans en 2012.

D'après Les Echos, le gouvernement s'est fixé deux objectifs: 1) faire une réforme simple et «lisible»; 2) donner des gages à l'extérieur, le relèvement de l'âge légal étant «le mieux compris à l'étranger, un argument de poids alors que la France veut donner un signal fort sur ses finances publiques en réformant les retraites».

Problème : aborder le débat en mettant en avant l'augmentation de l'âge légal de départ revient à aborder l'affaire par le petit, le tout petit bout de la lorgnette: avec une calculette comme seule boussole, et tant pis si la question est bien plus complexe.

Hormis la CGC (qui y met du reste des conditions drastiques), les syndicats, ils l'ont encore répété ce lundi, sont contre un relèvement de l'âge légal. A coup sûr, ils en feront le sujet numéro un des cortèges du 1er mai. La suite PDF

Partager cet article

Commenter cet article