Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Régionales: c'est une déroute pour Sarkozy, estime S.Royal

21 Mars 2010 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Ségolène ROYAL

Par Reuters, publié le 21/03/2010 à 20

PARIS - Ségolène Royal a salué la victoire de la gauche aux élections régionales qui constitue une "sévère mise en demeure" à Nicolas Sarkozy.

Ségolène Royal, largement réélue en Poitou-Charentes, a salué la victoire de la gauche aux élections régionales qui constitue une sévère mise en demeure à Nicolas Sarkozy. La présidente de la région Poitou-Charentes a été la première dirigeante d'envergure nationale à prendre la parole. (Reuters/Régis Duvignau)

Ségolène Royal, largement réélue en Poitou-Charentes, a salué la victoire de la gauche aux élections régionales qui constitue une "sévère mise en demeure" à Nicolas Sarkozy. La présidente de la région Poitou-Charentes a été la première dirigeante d'envergure nationale à prendre la parole. (Reuters/Régis Duvignau)

La présidente de la région Poitou-Charentes a été la première dirigeante d'envergure nationale à prendre la parole, coupant l'herbe sous le pied au Premier ministre, François Fillon, et au premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry.

Selon le ministère de l'Intérieur, les listes de gauche totalisent 52% des voix au plan national contre 35% pour la droite.

"Ce vote sanction a pris pour la droite l'allure d'une déroute. Le premier tour était un avertissement ferme et clair et il n'a pas été entendu", a déclaré Ségolène Royal en direct de Poitiers.

"Aujourd'hui, c'est une sévère mise en demeure qui est faite au gouvernement de Nicolas Sarkozy", a-t-elle insisté.

"Le président de la République, le gouvernement et sa majorité doivent prendre toute la mesure de cette défaite cinglante et reconnaître leur échec", a ajouté Ségolène Royal.

Elle a demandé à la droite de renoncer "aux régressions que la France subit dans tous les domaines: salaires, pouvoir d'achat, retraite, santé, agriculture, logement services public".

"Tout recule, tout se précarise et nous ne l'acceptons pas", a martelé Ségolène Royal, qui conserve la présidence de Poitou-Charentes avec un peu plus de 61% des voix, selon les instituts de sondage.

Partager cet article

Commenter cet article