Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Question de principes ! Motion Congrès Toulouse

12 Septembre 2012 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Actualité

Question de principes !

Un congrès pour changer

De l’audace et des actes

Chère camarade, cher camarade,

 Notre Congrès ne doit ressembler à aucun de ceux qui l’ont précédé.

Nous aimons notre parti et nous croyons dans l’esprit d’unité et dans le goût de la liberté de ses membres, comme dans la force de ses idées. Mais, comme bien des militants, nous ne nous reconnaissons plus dans les luttes d’appareil, la cooptation, les querelles d’ego. Nous refusons les certitudes et le déni de la réalité. C’est donc autour d’une nouvelle manière de réfléchir et de travailler ensemble que nous proposons aux socialistes de se rassembler. La période nous y invite. La situation nous y pousse.

Ni parti godillot, ni mini-foyer d’opposition, notre parti doit devenir à la fois le partenaire politique à part entière du gouvernement et le premier incubateur de toutes les aspirations de notre société.

 L’abstention record aux législatives caractérise le désintérêt grandissant de nos concitoyens, et parmi eux les classes les plus populaires, pour la politique. Cela nous oblige à un effort sans précédent. Aussi nous appartient-il de saisir l’opportunité de ce Congrès pour définir et mettre en œuvre les changements qui renouvelleront notre organisation plus que centenaire. L’innovation doit être notre horizon. Nous ne redonnerons confiance dans la politique, nous ne retrouverons pas l’oreille de nos concitoyens, nous ne porterons pas une véritable dynamique de transformation sans moderniser notre fonctionnement.

 Repenser la fonction de notre parti, le revivifier, n’est pas un but en soi, mais un moyen. Un moyen pour répondre à la crise de confiance de nos citoyens à l’égard du politique. Un moyen pour répondre aux défis posés par le basculement de notre monde. Un moyen pour repenser notre matrice idéologique, notre vision politique.

Nous éprouvons ce besoin de démocratie. Nous comprenons qu’il n’est plus temps de repousser les grandes questions à penser et à trancher.

 Ayons l’audace de répondre à ce besoin d’innovation !

 Assumer la fonction idéologique du parti

La rénovation du Parti n’est pas une fin en soi, mais un instrument pour nous mettre en situation de trouver les réponses à la crise actuelle, globale et dont l’issue met en jeu notre conception du monde. Interroger sans tabous les fondements du dogme néolibéral, remettre en cause les consensus apparents de l’hyper-libéralisme, se projeter dans le long terme tout en renouant avec les classes populaires et la France péri-urbaine : voilà l’enjeu de fond pour notre Parti dans les cinq années qui s’ouvrent.

 Pour ce faire, point de solution de facilité. Il faut reprendre le travail intellectuel, le vrai, celui qui demande du temps. Le temps de lire ; le temps d’écouter (mais aussi de confronter nos points de vue avec) les intellectuels et universitaires, les syndicats et organisations professionnelles, les associations dans leur diversité, et finalement tout citoyen porté sur le débat d’idées ; le temps d’écrire, de confronter, de débattre, de synthétiser ; le temps de traduire enfin le produit de la réflexion idéologique en langage politique et programmatique. Penser ne peut se faire qu’en situation de confiance, ce que ne permet pas le jeu actuel des motions.

 Aborder et trancher sans tabous ni frilosité les grands enjeux politiques de notre temps

 L’économie mondiale, et en particulier européenne, traverse une crise longue, point d’orgue des trente années de morosité que nous avons connues. L’explosion du chômage alimente une crise sociale tout aussi ancienne. La solidarité entre les Etats membres de l’Union européenne, point de départ de la construction d’un espace politique, se fragilise chaque jour, le club des pays riches hésitant à soutenir davantage les Etats au bord du gouffre. L’épuisement des ressources naturelles traditionnelles, les premières manifestations du changement climatique, l’inquiétant affaissement de la biodiversité, les impacts sur la santé humaine d’une activité économique et industrielle effrénée montrent les limites du modèle de développement qui a soutenu nos sociétés depuis la première révolution industrielle.

 Dans ce contexte de basculement du monde, osons refondre notre logiciel politique. La sortie de crise ne viendra pas des solutions tièdes que nous avons expérimentées depuis trente ans. Elle passera bien au contraire par des politiques non pas irréalistes, mais innovantes et ambitieuses.

 Mais pour cela, il nous faut trouver le ressort pour associer les citoyens à l’élaboration des politiques publiques, en rendant notre démocratie plus participative et plus ouverte aux corps intermédiaires.

 Notre système politique interne, marqué par l’essor des extrêmes, la défiance envers les institutions et les partis traditionnels, l’abstention croissante y compris pour des élections jusqu’alors mobilisatrices constituent autant de signaux d’une baisse sinon d’adhésion, du moins d’enthousiasme des Français pour notre système démocratique actuel vieillissant.

 Face à ces défis, parions sur l’audace démocratique !

 C’est tout particulièrement vrai pour la jeunesse. François Hollande veut lui redonner confiance ; en retour, cette confiance doit être mise entièrement au service d’un projet de société. La jeunesse doit redevenir l’actrice de son propre destin et la force motrice du rêve français. Elle doit se sentir impliquée et engagée dans le pacte républicain et la nation.

 Venus d’horizons politiques multiples, nous avons fait le choix d’un vaste rassemblement autour de cette double exigence de l’audace démocratique. Nous avons élaboré des propositions qui se veulent concrètes, en prise avec les enjeux de demain pour compléter les 60 propositions que nous avons portées derrière François Hollande. Nous avons défini quatre enjeux phares sur lesquels nous considérons que le Parti socialiste ne peut pas, et ne doit pas faire l’impasse dans ce 76ème Congrès. Elles constituent pour nous des priorités intégrées à notre idéal socialiste : l’urgence démocratique, l’urgence économique et sociale, l’urgence écologique et l’urgence européenne. texte motion

Signer     Signataires  

Partager cet article

Commenter cet article

Militants de l'Espoir à gauche 23/09/2012 19:20


Que fait cette motion sur un blog Ségoléniste ? Nous ne reconnaissons qu'une motion : la motion 4 : Oser, plus loin plus vite ! 

Yvon GRAIC 23/09/2012 19:42



Elle est à sa place la grande majorité des DA de 76 l'ont signé ! 


C'est aussi simple que ça.


Il y a 5 motions , les plus proches de Ségolène soutiennent la Motion2.


Salutations Ségomarines