Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

OSONS. PLUS LOIN, PLUS VITE. Motion Congrès Toulouse

12 Septembre 2012 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Actualité

 

OSONS. PLUS LOIN, PLUS VITE.

"Il faut aller plus loin, plus vite. En juillet 1998, Jacques Delors interpelle Lionel Jospin : Il faut accélérer. Quelques coups de pouce ne suffiront pas à nous faire rentrer dans le XXIe siècle." Hélas, Jacques Delors et les militants qui partageaient son impatience ne furent pas écoutés et le 21 avril 2002 la gauche paiera très cher son manque d’audace et d’unité (les deux vont souvent de pair). L’histoire montre que les réformes qui ne sont pas lancées dans les premiers mois d’un mandat ne le sont pas ensuite. Et ce qui était vrai en 1998, par temps calme, l’est plus encore en 2012 alors que la crise redouble d’intensité. 

 

"Nous sommes dans une crise d’une extrême gravité" affirmait François Hollande le 31 août à Chalons. Il a raison. "Il est fort possible que la situation soit pire qu’en 2008" prévient Olivier Blanchard, chef-économiste du FMI. "Nous sommes face au risque d’un effondrement de l’ensemble du système économique mondial" affirmait déjà Jean-Pierre Jouyet, président de l’AMF, en septembre 2011.

 

DIRE LA VÉRITÉ, REGARDER LA CRISE EN FACE

Il y a déjà 3 millions de chômeurs et des millions de précaires dans notre pays mais l’UNEDIC et l’INSEE annoncent 420.000 chômeurs supplémentaires et 1.400.000 pauvres en plus d’ici la fin 2013 "si la croissance tient bon à 1%". Comme le dit le patronat italien, on va vers une "boucherie sociale". Et sans doute aussi vers une crise politique majeure en France car si, 2 millions de citoyens sont ainsi percutés par la crise, les municipales de 2014 seront dramatiques pour la gauche.

 

Hélas, tout indique que, sans un sursaut, nous allons bientôt plonger dans une nouvelle crise économique et que la croissance ne va pas se maintenir à 1% : la Zone Euro vient de retomber en récession mais le reste du monde ne va pas mieux...

 

Cliquer ici pour lire la suite (pdf - 1,7Mo)

 

Partager cet article

Commenter cet article

endetté 13/09/2012 14:31


Aprés l' effacement de la dette ivoirienne, sauf erreur, il me semble que l'on a aussi renoncé à la dette de la Tunisie, soit 300000000 d'euros.


Les familles Houphouët-Boigny et Gbagbo ont très vraisemblablement sur leur compte offshore de quoi éponger la dette, la Côte d'Ivoire c'est plutôt invraisemblable en effet ...


L'argent des matières premières de l’Afrique est détourné vers des intérêts particulier et donc, on laisse faire ? On a mis en place ce
système et maintenant on efface l'addition ? Moi je veux bien mais qui me dit que quelque chose va changer ? Le peuple ivoirien s'est fait léser, le peuple français s'est fait
léser, les chefs d'état ont magouillé. Plus de dette, plus de problème et peut être une enveloppe africaine.

indigné 13/09/2012 14:25


Bonjour Yvon,


Si on se fixe ... 5 ans pour agir sur la crise, c' est que ce n' est pas une préoccupation du Président normal qui annonçait un changement " maintenant ".


La préoccupation urgente d' une majorité de Français est de travailler pour payer leurs traites et non la chasse aux riches qu'il a organisé (
mais pas aux députés et sénateurs cumulards dont vous fournissez la liste ). 


Et encore moins une politique loin d' attirer les investisseurs sur le sol français qui les privent d' emplois, même si les footeux et les Noha serons peut être taxés.


Notre Président normal n' a toujours pas compris que l'on est toujours le riche de quelqu' un et que cela est stérile d' opposer les
français, sinon cacher son impuissance à créer de la richesse ( donc des consommateurs qui font fonctionner les entreprises ) en France  ...


Bonjour la situation " apaisée " promise par le Président du Changement, car les traites n' attendrons pas 5 ans. Pour exemple, le doublement du livret d' épargne est un
triste farce compte tenu que beaucoup de personnes ont du mal a finir le mois de septembre.


N' aurait il pas fallu faire un moratoire aux français endettés  sans espoir, dés lors que le président normal a annulé la dette de 3 milliards de la Cote d' Ivoire( déjà
squattée par la Chine ) sur certainement l' avis de l' irréprochable Fabius. Dans un tel contexte on comprend mieux les exigences exorbitantes des preneurs d' otages français.


Cordialement


 


 


 

QUESTION DE PRINCIPE 12/09/2012 22:43


YVON tu a raison ...


Les quelques coups de pouce hésitants du président " normal " qui se contente d' un programme établi lorsque la situation empire, et qu' il méconnaisait, trop occupé par son élection, ne
suffirons pas à nous sortir du chomage qui empire.


Effectivement, le manque d' audace, et d' unité ( en train de disparaitre avec Melenchon et Duflot dans la bergerie ) ainsi que les divisions dues au cumul des mandats, et des positions diverses
des éléphants du parti qui ont nuit à Ségolène. L' intervention à la Rochelle fut le baiser ( voulu ? ) du lépreux ...


Le scénario lamentable ( avec le bourrage des urnes ) sera sans doute de mise a Toulouse puisque les acteurs serons les mémes.


La lenteur et l' indécision qui sont la marque de fabrique du président normal ne peut suffire à enrayer la boucherie sociale, qui se contentera de faire sauter les fusibles gouvernementaux.


Et les mesures capables de relancer la consommation absentes de son discours  axé sur les impots, et d' emplois bidons dés lors que la consommation
n' existera plus. Sommes nous sur la méme planéte ???

Yvon GRAIC 13/09/2012 09:12



Un quinquennat c'est cinq ans et pas cinq mois !