Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Le PS ne changera pas de discours sur l’environnement

21 Décembre 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Ecologie

http://www.lemonde.fr/medias/www/1.2.176/img/lgo/lemonde_abonne.gif

embleme.1261417765.jpgPas question de « verdir » un programme socialiste pour les régionales à nette dominante sociale. Le PS ne considère pas que le résultat plus que décevant du sommet de Copenhague impose d’ajuster le tir et de muscler son discours environnemental face aux listes écologistes. « Je ne pense pas que les électeurs attendent une collection de mesures en faveur de l’environnement ; on sent que les gens sont devenus plus sensibles à la dimension écologique de leur consommation mais, en cette période de bianco.1261416488.jpgdifficultés sociales, ces questions ne paraissent pas arriver pas en tête des préoccupations » estime Jean-Louis Bianco, député des Alpes de Haute-Provence, qui a coordonné le programme du PS. Les études « qualitatives » commanditées par les socialistes ne placent pas les questions environnementales devant les préoccupations nées de la crise. Puisque leur savoir-faire en matière de « social » permet, en principe, de les distinguer des écologistes, les  socialistes ne changeront donc pas leur fusil d’épaule. 
 

Les présidents de région sortants, qui ont toute latitude pour établir les priorités de leur campagne, semblent de cet avis. « queyranne.1261416420.jpgNous n’allons rien bouleverser » assure Jean-Jack Queyranne, président de Rhône-Alpes. Présent à Copenhague en compagnie d’une demi-douzaine d’autres présidents de régions PS dans le cadre du Climate group, M. Queyranne considère que le non-aboutissement de ce sommet mondial constitue un moyen de  mettre en évidence « le bilan et les réalisations concrètes mises en œuvre par nos régions dans le domaine de l’environnement ». Surtout pour ce qui concerne les transports collectifs ou l’encouragement des énergies renouvelables. En s’engageant, à la veille de la conférence de Copenhague, réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2016 et de 30% d’ici 2020 sur les activités dépendant des Conseils régionaux, les régions PS estiment avoir posé un acte susceptible de les place au-dessus de tout soupçon.   

En Ile-de-France, la région où la concurrence avec Europe-Ecologie promet d’être la plus serrée, il n’est pas non plus question de changer de stratégie et d’aller plus avant sur le terrain des Verts. « Notre approche consiste à distiller de l’écologie gigiga397ce69fd_t.1261417613.jpgdans le discours social-démocrate afin de lier le social et l’environnement » insiste Christophe Girard, ancien militant écologiste membre du PS depuis 2005 et candidat à Paris. « L’important, ajoute-t-il, est de prendre garde que l’échec, peut-être provisoire christophe-thumb-autox70-3.1261416925.jpgde ce sommet, ne nous fasse pas dériver vers un discours culpabilisant ». Quant à Christophe Caresche, député de Paris et co-fondateur du Pôle écologique du PS, il ne discerne pas l’impact que la déception de Copenhague pourrait avoir sur les argumentaires développés jusqu’alors par le PS. « Ce sont surtout Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo qui se sont impliqués », constate M. Caresche qui se demande si le gouvernement prendra la décision « de lancer pour de bon le débat sur l’instauration d’une taxe carbone aux frontières ».

Jean-Michel Normand

Partager cet article

Commenter cet article