Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

L'université d'été de la Rochelle a déjà eu lieu...

27 Août 2010 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Actualité

http://www.marianne2.fr/photo/titre_1160408.jpg

Gérald Andrieu Vendredi 27 Août 2010

L’université d’été du Parti socialiste débute aujourd’hui. Du moins, officiellement. Les hostilités ont débuté, il y a quelques heures, avec sondage et livre à l’appui. Pour le plus grand bonheur de la Strauss-kahnie…

«Une université d'été se joue toujours 48 heures avant qu'elle ne commence ! » Foi d'un vieux briscard de Solférino maitrisant sur le bout des doigts l'horloge biologique du PS. Une fois encore, ce pourrait bien être le cas.

Il aura suffi d'un sondage (un de plus) pour tuer le « suspense » des trois jours de La Rochelle. Un sondage paru dans Le Nouvel observateur daté de ce jeudi et signé TNS-Sofres-Logica. Martine Aubry, certes, ne fait pas pâle figure (53% des suffrages lui reviendraient dans le cas d'un duel avec Sarkozy), mais le très silencieux exilé de Washington écrase tout. Son adversaire de droite et ses rivaux du PS. 59% des intentions de vote pour DSK ! 18 points de plus que Nicolas Sarkozy ! Six points de mieux que la maire de Lille ! Ce n'est plus un sondage, mais un sacre avant l'heure. Bien avant l'heure... Comme Balladur en son temps, DSK est déjà élu. Le point commun des deux hommes : ni l'un ni l'autre ne sont candidats quand les sondages sont réalisés...

 

Dans les rangs des fantassins de la Strauss-kahnie, même si l'on sait que ce « providentiel » 59% doit être relativisé (en politique, comme en économie, ce qui est rare est cher), on jubile : « La Rochelle est déjà finie. Pas besoin d'y aller ! » Et pour cause : jusqu'à présent, le petit feuilleton socialiste reposait sur une question : Martine ou Dominique ? Tant pis pour Ségolène, François, Manuel, etc. A La Rochelle, les journalistes biberonnant aux sondages n'auront plus désormais que pour seule interrogation : quand le directeur général du FMI se déclarera-t-il enfin ?

 

Mais comme un petit bonheur n'arrive jamais seul, voilà qu'en plus d'un heureux sondage, les partisans de DSK ont droit à un livre. Pas du genre de Cassandre et de sa boule puante. Non, pas un livre de ce genre-là, mais LE livre. A chaque congrès ou université d'été, son coup d'édition. Honneur, cette année au journaliste de Libération, David Revault d'Allonnes. Avec son Petits meurtres entre camarades (1) (dont les bonnes feuilles sont aussi, notons-le, dans Le Nouvel obs'...), on (re)découvre une Martine Aubry vacharde avec ses condisciples socialistes. Une Martine Aubry toujours à deux doigts de claquer la porte de « Solfé ». Une Martine Aubry, enfin, qui au cours d'un tête à tête en début d'année avec Dominique Strauss-Kahn joue à celle qui n'a pas vraiment envie d'y aller : « La présidentielle, ce n'est pas [son] truc », lui aurait-elle dit ! En somme, l'Obs a voté deux fois pour DSK cette semaine...

 

Qu'importe que cet épisode qui nous est conté ne soit peut-être qu’un coup de bluff de la part de La Première secrétaire. Qu'importe également que DSK ne semble pas, lui non plus, très habité par l'idée d'aller... habiter à l'Elysée. Voilà du pain béni pour Strauss-Kahn. Du pain sanctifié par la grâce des sondages et du journalisme politique réunis : « La présidentielle, ce n’est pas [son] truc » à Martine Aubry. Et pendant trois jours tout le monde ne dissertera que de ça… Seul ombre au tableau finalement pour DSK : dans Petits meurtres entre camarades, sa rivale lilloise confie vouloir se prononcer très prochainement, « avant le début de l'année 2011 », sur sa candidature. Tôt. Très tôt pour Strauss-Kahn.

 

Et triste, très triste, finalement, pour les militants PS, ce petit épisode sondagier-littéraire anté-La Rochelle. Ils ont déjà été dépossédés de leur mission originelle — désigner leur candidat — par l'instauration de primaires ouvertes aux sympathisants de gauche. Ils l'ont été une seconde fois lorsque Laurent Fabius a révélé qu'un « pacte » ne disant pas son nom existait entre DSK et Aubry. Peut-être les militants vont-ils prendre conscience ce week-end d'un autre problème : oui, ils sont réunis à La Rochelle pour bosser, mais aussi et surtout pour servir de décor, d’arène humaine en somme, à des jeux du cirque médiatique réglés comme du papier à musique plusieurs jours avant que l’université d’été n’ouvre officiellement ses portes…

Partager cet article

Commenter cet article