Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

L’affaire Guérini met le PS en difficulté

9 Septembre 2011 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Actualité

http://a4.idata.over-blog.com/286x300/3/46/43/71/Philippe/article_guerini-1-.jpg

Jean Noël Guérini, le président PS du Conseil Général des Bouches du Rhône, a été mis en examen hier pour prise illégale d’intérêts, trafic d’influence, association de malfaiteurs et complicité d’obstacle à la manifestation de la vérité.

 

  Le duel des éditorialistes, avec Jean Leymarie  (7'07")

radio.jpg

   

L’homme fort du PS à Marseille affirme qu’il est innocent et annonce qu’il se met en retrait du PS. Mais les dirigeants du PS veulent qu’il aille plus loin…

Le bras de fer est-il engagé entre Jean Noël Guérini et la rue de Solférino ?

Si le PS peut l’exclure du parti, en revanche, lui seul peut décider de se retirer de la présidence du Conseil Général, constate Maurice Szafran, de Marianne. "C’est un énorme caillou dans le pied du parti socialiste."

Pour Karl Meus, l’enjeu, c’est la primaire. "Il reste 1 mois de campagne et les candidats doivent essayer de parler du fond et non pas de ce qui se passe en périphérie."
L’éditorialiste du Figaro Magazine qui souligne que Jean-Noël Guérini est mis en examen mais encore présumé innocent.
"Il a été digne, en attendant d’être en examen pour se mettre en retrait. En revanche le parti l’a moins été en comparaison de leur attitude lors de l’affaire Woerth Betancourt", insiste-t-il.

"Le problème pour les socialistes", souligne Maurice Szafran, "c’est le rôle de Guérini au moment du congrès de Reims qui a porté Martine Aubry à la tête du parti."
Mais de tout temps, le PS marseillais a fait et défait les dirigeants du PS national, reconnaissent nos débatteurs. C’est entre autre pourquoi, Jean Noël Guérini, qui a conscience de son poids dans les instances du parti, ne soutient aucun des candidats à la primaire.

"Et si tout cela profitait à un autre personnage", interroge Karl Meus : "Dominique Strauss Kahn ?"

- Maurice Szafran, de Marianne
- Karl Meus, du Figaro Magazine

Partager cet article

Commenter cet article