François Hollande en dressant son projet pour la France, en creux, a fait apparaître les manquements et les excès d’un quinquennat qui se termine dans la stratégie de la tension entre les Français selon les origines ou leur statut social.

Revenant sur les polémiques de ces derniers jours, il a exprimé sa doctrine concernant les fonctionnaires : « la seule loyauté qui leur sera réclamée, sera celle à l’égard de l’Etat et non à l’égard du chef de l’Etat. ». Nous sommes loin de « l’épuration » dans la haute fonction publique prédite par Nicolas Sarkozy lors de son déplacement à Bayonne en cas de victoire du candidat socialiste.

Bien loi de ces invectives, c’est une nouvelle façon de présider la République qui a été détaillée à Dijon: un parlement qui retrouve des droits, une évaluation tous les six mois de l’action gouvernementale, un nouveau contrat entre les collectivités locales et l’Etat pour faire converger leur force, un président qui n’est pas chef de parti, mais chef de l’Etat, une République laïque, démocratique sociale et impartiale. Bref, un nouvel esprit démocratique qui soufflerait en France à partir du 7 mai si François Hollande était élu président de la République. 

Nous vous proposons de retrouver les principaux extraits de cette intervention remet au centre de l’élection présidentielle, des propositions, des valeurs, une vision de la République.

 
 

>> Retrouvez l'intégralité du discours <<