Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Nucléaire iranien : Ségolène Royal maintient sa position : explications . Article publié en novembre 2006 !!

14 Octobre 2011 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Débat

Alors que ses rivaux socialistes pointent du doigt une erreur de Ségolène Royal sur le dossier du nucléaire iranien, la candidate "maintient sa position". "J'espère que les débats vont éclairer le fait que je connaissais, sur ce point, mieux la situation internationale qu'eux", a précisé la candidate mercredi 7 novembre.
"Je maintiens la position que j'aie prise", a expliqué Ségolène Royal mercredi matin sur RMC, répétant qu'elle n'est "pas favorable à ce que l'Iran accède au nucléaire civil".
Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius "ont essayé d'en profiter", a-t-elle expliqué. "Mais, j'espère que les débats vont éclairer le fait que je connaissais sur ce point mieux la situation internationale qu'eux".

"Ils ont tort"

La candidate socialiste s'est livrée à une explication du dossier iranien. "Je pense que ce sont les deux challengers qui ont tort sur cette question et j'espère qu'aujourd'hui et dans les jours qui viennent, on va assister à des débats d'experts".
"L'Iran a signé ce traité de non prolifération qui lui interdit normalement d'accéder au militaire nucléaire.
Mais, dans ce traité il y a aussi l'exigence de contrôler le nucléaire civil", a ajouté la présidente de la région Poitou-Charentes. "Actuellement, l'Iran refuse le contrôle sur le nucléaire civil. C'est pourquoi, j'ai dit et je le répète, je ne suis pas favorable à ce que l'Iran accède au nucléaire civil".
L'enrichissement en civil lui permettrait "de maîtriser les technologies d'enrichissement de l'uranium et si ces techniques ne sont pas contrôlées, rien ne dit que petit à petit cela ne s'orientera pas vers de l'enrichissement de l'uranium à dimension nucléaire, à dimension militaire", a ajouté Ségolène Royal.
"Dans la mesure où ce pays qui nie l'existence de l'Etat d'Israël refuse de se voir contrôler l'accès au nucléaire civil, nous avons la responsabilité de ne pas l'autoriser", a précisé la candidate.
C'est avec satisfaction qu'elle voit les débats au sein du Parti socialiste se terminer. "Ces débats n'étaient pas fait pour m'aider. Puisque j'avais entendu dire avant, 'elle va s'écrouler', 'elle tiendra pas la route', 'elle n'y connaît rien"'. La campagne a été "trop longue", a conclu Ségolène Royal, même si "paradoxalement, j'en sors renforcée".

Explications

1 - Le Traité de non prolifération nucléaire reconnaît le droit des pays signataires d'avoir recours au nucléaire civil. Mais ils doivent se soumettre au contrôle de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA). Or c'est bien le problème avec l'Iran : l'Agence a découvert des activités nucléaires civiles non déclarées. Il y a donc risque de prolifération.

2 - L'Union européenne considère que le droit de l'Iran à accéder au nucléaire civil ne peut être admis qu'à la condition que toutes ses activités nucléaires ainsi découvertes soient mises à plat et contrôlées. Elle a proposé, dès lors que l'Iran se soumettrait au contrôle de l'AIEA et renoncerait à ses activités proliférantes, de lui construire des centrales nucléaires. L'Iran a refusé. Par ailleurs, l'Union européenne soutient la proposition russe d'enrichissement de l'uranium en Russie pour l'Iran, à des fins pacifiques. A ce jour, l'Iran n'a pas donné suite à cette proposition.

3 - A ce jour, le Conseil des Gouverneurs de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) et le Conseil de Sécurité de l'ONU ont décidé de refuser à l'Iran la maîtrise du cycle complet de production, y compris à des fins civiles, tant que la position de l'Iran n'évoluerait  pas.
____________
Aujourd'hui, la question qui est posée à la communauté internationale est donc bien celle de l'accès de l'Iran au nucléaire civil. La position de Ségolène Royal de refuser que l'Iran puisse contrôler la totalité de la filière, même civile, tant que l'Iran n'aura pas évolué, est donc la seule qui soit cohérente avec le droit international et avec les enjeux de la non-prolifération.

Partager cet article

Commenter cet article

fifi 08/11/2006 21:06

A quoi sert donc ce traité dans ce cas , car si un Etat le signe il n'a ni le droit de produire d'armes nucléaires (principal objet de ce traité) mais en même d'après vos interprétations un Etat signataire ne peut développer le nucléaire civil ...
cf article 4 ce ce même traité
Article IV
1. Aucune disposition du présent Traité ne sera interprétée comme portant atteinte au droit inaliénable de toutes les Parties au Traité de développer la recherche, la production et l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, sans discrimination et conformément aux dispositions des articles I et II du présent Traité.
2. Toutes les Parties au Traité s’engagent à faciliter un échange aussi large que possible d’équipement, de matières et de renseignements scientifiques et technologiques en vue des utilisations de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, et ont le droit d’y participer. Les Parties au Traité en mesure de le faire devront aussi coopérer en contribuant, à titre individuel ou conjointement avec d’autres États ou des organisations internationales, au développement plus poussé des applications de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, en particulier sur les territoires des États non dotés d’armes nucléaires qui sont Parties au Traité, compte dûment tenu des besoins des régions du monde qui sont en voie de développement.

Yvon GRAIC 08/11/2006 21:11

Réponse technique:I*il y a peu de différence entre le civil et le militaire Ce n’est pas une question d’enrichissement ; pour le nucléaire civil il faut de l’uranium 238 enrichi à 3% pour le nucléaire militaire il faut de l’uranium 235 enrichi à 97% Mais ce que l’on oublie de dire c’est que dans les produits de fission de l’uranium 238 de qualité civile il y a du plutonium et qu’avec 8KG de plutonium l’on peut faire une bombe atomique. Le problème ce ne sont produits de fission, puisque ce sera le plutonium d’origine dit civile, c’est le détonateur pour déclencher la réaction en chaîne. Les russes qui sont près de L’Iran ont raison de se méfier et ils veulent contrôler le nucléaire dit civile iranien. D’ailleurs l’Afrique du sud a la bombe grâce à une centrale civile construite par la France et le détonateur grâce à l’Inde. Alors que l’on arrête avec cette histoire de civile et de militaire Dommage que Ségo. n’est expliquée tout cela. Le Japon qui maîtrise parfaitement le nucléaire civile pourrait avoir la bombe en 6 mois.

Christophe 08/11/2006 20:13

Article III
1. Tout État non doté d’armes nucléaires qui est Partie au Traité s’engage à accepter les garanties stipulées dans un accord qui sera négocié et conclu avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, conformément au statut de l’Agence internationale de l’énergie atomique et au système de garanties de ladite Agence, à seule fin de vérifier l’exécution des obligations assumées par ledit État aux termes du présent Traité en vue d’empêcher que l’énergie nucléaire ne soit détournée de ses utilisations pacifiques vers des armes nucléaires ou autres dispositifs explosifs nucléaires. Les modalités d’application des garanties requises par le présent article porteront sur les matières brutes et les produits fissiles spéciaux, que ces matières ou produits soient produits, traités ou utilisés dans une installation nucléaire principale ou se trouvent en dehors d’une telle installation. Les garanties requises par le présent article s’appliqueront à toutes matières brutes ou tous produits fissiles spéciaux dans toutes activités nucléaires pacifiques exercées sur le territoire d’un tel État, sous sa juridiction, ou entreprises sous son contrôle en quelque lieu que ce soit.
Elle avait raison

Christophe 08/11/2006 20:12

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/desarmement_4852/colonne-droite_4884/textes-reference_4988/traite-sur-non-proliferation-armes-nucleaires-tnp_12984.html
Article III
1. Tout État non doté d’armes nucléaires qui est Partie au Traité s’engage à accepter les garanties stipulées dans un accord qui sera négocié et conclu avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, conformément au statut de l’Agence internationale de l’énergie atomique et au système de garanties de ladite Agence, à seule fin de vérifier l’exécution des obligations assumées par ledit État aux termes du présent Traité en vue d’empêcher que l’énergie nucléaire ne soit détournée de ses utilisations pacifiques vers des armes nucléaires ou autres dispositifs explosifs nucléaires. Les modalités d’application des garanties requises par le présent article porteront sur les matières brutes et les produits fissiles spéciaux, que ces matières ou produits soient produits, traités ou utilisés dans une installation nucléaire principale ou se trouvent en dehors d’une telle installation. Les garanties requises par le présent article s’appliqueront à toutes matières brutes ou tous produits fissiles spéciaux dans toutes activités nucléaires pacifiques exercées sur le territoire d’un tel État, sous sa juridiction, ou entreprises sous son contrôle en quelque lieu que ce soit.
Eh oui elle avait raison et nos deux "experts" avaient tort!
Christophe