Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Martine Aubry-Michel Drucker, même combat

8 Octobre 2009 Publié dans #Actualité

http://www.lemonde.fr/medias/www/1.2.145/img/lgo/lemonde_abonne.gif   08 octobre 2009

aubry-yconf-presse-04-600.1254952170.jpgDu fait-maison, de l’artisanal, du classique. Pour son appel à l’unité, mercredi lors de sa conférence de presse, Martine Aubry est restée fidèle à la bonne vieille tradition. En annonçant qu’elle demandait « à tous les grands leaders de notre Parti de rejoindre les instances de direction, ou pour ceux qui y sont déjà, de s’y impliquer plus fortement » la première secrétaire a sacrifié à une habitude bien ancrée dans les mœurs socialistes. Autrefois connu sous l’appellation de « retour des éléphants », ce genre d’appel avait déjà été lancé sous forme de SOS par Ségolène Royal fin 2006 lorsque sa campagne battait de l’aile. En juin dernier, l’actuelle première secrétaire avait elle-même envisagé de constituer un Comité des Sages au lendemain de la déroute européenne avant d’y renoncer in extremis.

aubryconfrpresse-00002-600.1254952212.jpgUne semaine après la « consultation militante » du 1er octobre, Martine Aubry assure que «  le temps de la reconquête est venu » et qu’après avoir mis en place « les fondations et les murs » il convient de faire tourner la bétonneuse. Il manque en effet le « ciment qu’est l’unité ». En conséquence, et à la demande expresse de Mme Aubry, Laurent Fabius et Bertrand Delanoë vont faire leur retour en tant que guest-stars au sein du Bureau national (dans un état d’esprit « constructif, solidaire » et « libre » prend soin de préciser le maire de Paris). En prime, Mme Aubry adresse une spéciale-dédicace à François Hollande et Vincent Peillon qui, déjà membres du BN (mais pas souvent présents) ont gentiment « accepté de s’impliquer fortement et de s’engager dans notre combat pour les régionales ». Ils sont formidables ces socialistes. Martine Aubry-Michel Drucker, même combat ! « Je proposerai à Ségolène Royal de rentrer, si elle le souhaite, dans la même démarche » a-t-elle insisté. Au moins lorsqu’elle sera parvenue à joindre la présidente de la région Poitou-Charentes… Bon, quelques jous après avoir fait appel à la base, illustrer la rénovation par le retour au BN de Laurent Fabius et Bertrand Delanoë, c’est un peu …décalé. Osé, pour tout dire. La preuve qu’on peut faire dans le classique et avoir de l’audace. Nous revient pourtant en mémoire l’ambiance demi-deuil du dernier meeting des européennes, à Lille, animé par la triplette Aubry-Delanoë-Fabius. Passons…

aubryconfpresse1-600.1254952197.jpgLe mot d’ordre de ce mercredi était donc : honneur aux chefs de courants ! Voilà qui fleure le jospinisme de la grande époque (précision : Lionel n’a pas été sollicité pour animer un groupe de travail sur le réarmement idéologique) alors que, justement, les courants issus du congrès de Reims ont tous plus ou moins explosé. Pour alimenter le moulin de ceux qui répètent à l’envi que « Martine Aubry reste sous la coupe de ses encombrants alliés », on ne pouvait trouver mieux. Par ailleurs, le tapis rouge déroulé sous les pas des « grands leaders » signe un fort ancrage générationnel. Hormis Vincent Peillon, il s’agit en effet de quinquas voire de sexagénaires formés à l’école  Mitterrand. On notera enfin que ceux qui, ces derniers temps, ont été les plus ouvertement critiques vis à vis de la direction (Manuel Valls ou Gérard Collomb mais aussi Henri Emmanuelli) sont inconnus au bataillon. De quoi les encourager à continuer d’envoyer leurs petites phrases ?

aubry-confr-prese-3-600.1254952146.jpgSoyons justes. Hyper- traditionnel – voire carrément vintage – dans sa forme, ce grand classique qu’est l’exhortation à l’unité était sans doute indispensable. Lorsqu’elle rappelle que « les Français ne supportent plus nos querelles internes et nos divisions », la première secrétaire est dans le vrai. L’enjeu de cet appel à la discipline ne concerne pas tant la rénovation – qu’Arnaud Montebourg est chargé de faire mijoter d’ici le printemps – que les régionales de mars prochain qui vont, à partir de maintenant, dominer le paysage. Là aussi, Martine Aubry est dans son rôle lorsqu’elle pousse à serrer les rangs dans la perspective de ce scrutin central pour le fonctionnement du PS, crucial pour le moral des troupes avant la présidentielle et directement déterminant pour son avenir personnel. Dommage que, dans sa conférence de presse, elle n’ait rien dit de quelques sujets autour desquels il faudra, aussi, réunir les socialistes dans pas trop longtemps. Quelle position adopter sur la taxe carbone (la commission mandatée par le BN ne donne guère de signe d’activité récente…) ? Ou encore quels type de rapports proposer au reste de la gauche et singulièrement avec les écologistes dans la perspective des régionales mais aussi des futures primaires ? Mais comme le répète la première secrétaire, « les journalistes ne s’intéressent pas aux questions de fond ».

Jean-Michel Normand

Partager cet article

Commenter cet article