Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Le PS vient de se réconcilier avec la Ve République

4 Octobre 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Débat

http://www.telos-eu.com/themes/bluemarine/logoTelos.gif

Ce qui vient de se passer au Parti socialiste est crucial, non seulement comme transformation de son rôle et de son fonctionnement mais aussi comme potentialité de transformation du régime politique lui-même à travers le mécanisme de l’élection présidentielle. En outre, cette réforme du parti socialiste, embourbé depuis longtemps, lui permet de repartir de l’avant. Encore faut-il qu’il soit capable d’assurer le suivi de cette réforme.

L’adoption d’une procédure de primaire ouverte aux sympathisants pour désigner le candidat socialiste à l’élection présidentielle marque un moment très important dans la dynamique d’adaptation du Parti socialiste à la Ve république. Elle confirme que la présidentialisation du régime politique français ne laisse aux partis politiques dont l’objectif majeur est l’exercice du pouvoir pas d’autre choix que leur implication croissante dans le mécanisme général de l’élection présidentielle. Le fait que les adhérents socialistes aient voté en faveur de leur propre dépossession du pouvoir de désigner leur candidat montre la force de la dynamique de présidentialisation de leur parti et l’évolution des mentalités à propos du rôle des partis dans l’organisation de cette échéance majeure. Les partis ne peuvent plus, s’ils veulent jouer un rôle important dans l’élection présidentielle, monopoliser ce rôle à leur seul profit. Ils doivent contribuer à la démocratisation de cette élection en laissant les électeurs non seulement choisir leur président mais aussi… leur candidat.

Reste que l’organisation de la primaire socialiste n’est pas une mince affaire. Les pièges sont multiples et les causes potentielles d’échec nombreuses. Or, un échec de ce parti dans l’organisation de cette première primaire pourrait avoir pour lui des conséquences désastreuses. Ayant opté, à juste titre, en faveur de la primauté donnée à l’élection présidentielle dans le fonctionnement de notre système politique, il a en quelque sorte brûlé ses vaisseaux. En acceptant son destin présidentiel, il ne pourra se retirer sur une position parlementaire. Il doit donc réussir à tout prix cette première primaire. la suite ici

Partager cet article

Commenter cet article

renault 05/10/2009 08:22


l'histoire n'est-elle pas déjà écrite : 2012 la cohabitation ?