Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Taxe ozone , euh, trou de carbone....Sarkomini se plante !

25 Septembre 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Baratin

http://www.rtbf.be/info/sites/rtbf-info/files/rtbfinfo_logo.jpg 25.09.09 - 09:31

La fameuse interview donnée par Nicolas Sarkozy mardi depuis New York est en passe de devenir un moment culte de la télévision française. Après la confusion "coupable/prévenu", voici celle sur le climat, reprise par LePost.

Laurence Ferrari et David Pujadas, les interviewers présidentiels patentés du PAF, n'y ont vu, une fois encore, que du feu... Le changement climatique au coeur d'une communication officielle de Nicolas Sarkozy depuis l'ONU, ça devrait donner la mesure du problème et nous faire un peu peur pour nous inciter à nous mobiliser. Pourtant quand le président français se pique de tenter une explication sur les phénomènes climatiques qui nous menacent, on a juste envie de partir d'un grand éclat de rire.

Pour Nicolas Sarkozy: "le monde va à sa perte si on continue à émettre du carbone qui va creuser un trou dans la couche d'ozone". Et c'est pas lui qui le dit: "ce sont des experts du monde entier qui se sont réunis pendant des mois et des mois pour arriver à ce constat". On peut juste espérer que les conseillers de l'Elysée en matière d'environnement ne participent pas à ces réunions d'experts internationaux. Ou alors juste pour prendre des notes, à la deuxième rangée.

 

Petit rappel à l'usage des présidents peu informés

Pour rappel: le trou dans la couche d'ozone est causé par les gaz CFC et d'autres organo-chlorés, interdits à terme par le protocole de Montréal de 1987, signé par 191 pays. Le succès de cette réaction internationale permet d'espérer le retour de la couche d'ozone à son état antérieur vers le milieu du siècle. Le gaz carbonique ne joue aucun rôle dans la destruction de la couche d'ozone mais constitue un élément fondamental du réchauffement climatique. Le réchauffement climatique provient au moins pour partie de l'accumulation dans l'atmosphère des gaz à effet de serre (CO2, méthane, etc.) produits par l'activité humaine ou résultant des déséquilibres induits par l'activité humaine.

(T. Nagant)

 

Partager cet article

Commenter cet article