Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Ségolène Royal, "meilleure candidate écologiste à la présidentielle" ?

25 Mars 2010 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Ecologie

C'est toujours et encore plus d'actualité, non ?

http://tempsreel.nouvelobs.com/images/logo-notr.gif

La socialiste justifie son opposition à la taxe carbone : "Les Français n'acceptent pas qu'on instrumentalise l'écologie pour leur faire payer un nouvel impôt", estime-t-elle. Et de lancer : "Je me demande si finalement, compte tenu de tout ce que j'entends, je ne serais pas la meilleure candidate écologiste à l'élection présidentielle (...) Je vais y réfléchir".

Ségolène Royal, vendredi à La Rochelle (Sipa)

Ségolène Royal, vendredi à La Rochelle (Sipa)

Ségolène Royal se demande si elle ne serait pas "la meilleure candidate écologiste à l'élection présidentielle". Interrogée sur RTL, mardi 1er septembre, sur son désir de participer aux primaires du Parti socialiste, Ségolène Royal a répondu : "ce n'est pas le moment de le dire".
"Je crois qu'on peut être très heureux sans être candidat à l'élection présidentielle", a-t-elle en outre souligné, avant d'ajouter: "Je me demande si finalement (...) je ne serais pas la meilleure candidate écologiste à l'élection présidentielle".

Non à la taxe carbone


La candidate malheureuse à la présidentielle de 2007 a longuement défendu sa position sur la taxe carbone proposée par le gouvernement, un impôt qu'elle trouve injuste.
"C'est inadmissible aujourd'hui de faire payer les gens qui n'ont pas la possibilité de prendre les transports en commun, qui ne peuvent pas encore acheter de voiture électrique", a-t-elle réaffirmé.
Son opposition à la contribution climat énergie a suscité des réactions, parfois vives, chez les Verts. Mais elle critique "le consensus mou de toute la classe politique" en faveur de la taxe carbone, y compris chez les socialistes qui, selon elle, veulent "se repeindre en vert". "Pourquoi est-ce que ça dérange ce que je dis, parce qu'il y avait un consensus mou de toute la classe politique, y compris d'ailleurs de Noël Mamère (Verts) et des socialistes pour dire: 'on va se repeindre en Vert, on va se donner bonne conscience en adhérant à un impôt'" alors que celui-ci "n'a rien d'écologique", a-t-elle souligné.

Remplir les caisses


"J'ai dit une vérité qui dérange", a analysé Ségolène Royal. "Toutes ces réactions excessives prouvent bien que j'ai raison". Selon elle, certains Verts "pour des raisons idéologiques répètent taxe carbone, taxe carbone, taxe carbone, sans s'interroger sur l'efficacité de cette taxe carbone".
"Parce que j'ai rompu une certaine loi du silence, le gouvernement va être obligé de revoir sa copie", a-t-elle parié. "Les Français n'acceptent pas qu'on instrumentalise l'écologie pour leur faire payer un nouvel impôt, uniquement parce que les caisses de l'Etat sont vides et qu'il faut les remplir".

"Je vais y réfléchir"


Ségolène Royal a défendu son bilan en tant que ministre de l'Environnement (1992-93) du gouvernement Bérégovoy. Elle a dit y avoir introduit une "taxation écologique" sur les déchets qui a mis fin aux décharges sauvages et qui a développement les filières de traitement.
Présidente de Poitou-Charentes depuis 2004, elle a affirmé que sa région avait été reconnue comme la première d'Europe pour les énergies alternatives, notamment grâce à ses "600.000m2 de panneaux photovoltaïques".
Et Ségolène Royal d'en conclure: "Je me demande si finalement, compte tenu de tout ce que j'entends, je ne serais pas la meilleure candidate écologiste à l'élection présidentielle (...) Je vais y réfléchir", a-t-elle lancé sous forme de boutade.

(Nouvelobs.com avec AP)

Partager cet article

Commenter cet article

ymage134 01/09/2009 14:27

De toute façon, Notre Ségolène, c'est la meilleure…et de très loin! En sus de sa forte personnalité, de son expérience politique, elle a tous les atouts d'une gagnante sérieuse et motivée appuyée sur ses réalisations d'élue régionale dans un véritable travail d'équipe avec le soucis constant de la démocratie véritable.