Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Ségolène Royal dénonce le "chantage" et "l'irresponsabilité" du gouvernement

6 Août 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Communiqué

Le Point.fr

La présidente de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal (PS), a dénoncé le "chantage immoral" et "l'irresponsabilité" du gouvernement à propos d'un contentieux sur le financement de la ligne LGV Sud Europe Atlantique dans un courrier adressé au Premier ministre François Fillon. "Nous avons décidé (...) de céder à votre chantage immoral, malgré l'irresponsabilité de votre démarche", écrit dans ce courrier Ségolène Royal à propos de la demande gouvernementale de participation des collectivités territoriales dans le financement de la ligne LGV-SEA qui traverse la région Poitou-Charentes. "L'État, qui gère mal, a les caisses vides et rançonne la région, qui gère bien et n'a pas les caisses vides", écrit la responsable socialiste à l'adresse du Premier ministre.


La présidente de région dénonce la "menace" du gouvernement de "conditionner les raccordements assurant la desserte des villes de Poitou-Charentes à l'apport (financier) des collectivités territoriales". "Je déplore cette attitude politicienne qui méprise la démocratie locale", poursuit-elle, estimant que ce "chantage" "traduit un manque de respect et de connaissance des contraintes locales". L'apport financier de la région Poitou-Charentes à ces "infrastructures ferroviaires nationales" sera de 110 millions d'euros, précise encore Ségolène Royal, qui critique au passage "les annonces du plan de relance qui ne correspondent à rien de sérieux".


La future LGV-SEA sera constituée d'un tronçon central (Tours-Bordeaux, qui doit mettre Bordeaux à deux heures de Paris en 2016) assorti des branches Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Espagne (en 2018-2020) et Poitiers-Limoges (en 2016). Ce projet constitue le plus important partenariat public-privé réalisé en Europe dans le domaine ferroviaire et porte sur 7,2 milliards d'euros. Le maire (UMP) de Bordeaux, Alain Juppé, avait récemment invité "la région Poitou-Charentes" à "prendre ses responsabilités" afin de régler "le problème du cofinancement" par cette région.

Lettres échangées entre S Royal  et F Fillon (pdf)

PDF courrier-LGV-Fillon-080709.pdf

PDF courrier-LGV-Royal-190709.pdf

PDF courrier-LGV-Fillon-270709.pdf

PDF courrier-LGV-Royal-310709.pdf

Partager cet article

Commenter cet article

Eliane Lecoeur 06/08/2009 12:22

Comme le soulignait hier un journaliste de l'Espress (magazine pas ségoléniste c'est le moins qu'on puisse dire !) Ségolène a raison. La participation demandée est en désaccord avec les responsabilités financières qui incombent à la Région. Chantage ? oui et à l'approche des Régionales on ne peut s'étonner que les Bussereau, Paillé, Raffarin, de Raincourt soient satisfaits de la décision de Fillon. Ségolène a raison de "céder" ! En effet, il ne faut pas que les usagers de la région Poitou-Charentes soient pénalisés par des suppressions de raccordements. Cette région est durement touchée par les fermetures, les plans sociaux...Quant à Juppé, je m'étonne qu'il ait son mot à dire dans ce projet. Les finances de la région Bordeaux-Aquitaine se sont certainement pas celles de Poitou Charentes et, au moins, ce monsieur aurait-il pu reconnaître l'excellente gestion de Ségolène Royal. Elle leur fait grande peur et nous pouvons redouter le pire dans les quelques mois qui vont précéder les Régionales !