Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Il faut sauver le soldat Hamon !

3 Juin 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Europe

Par Reuters, publié le 02/06/2009 à 22:55

Les "quadras" du PS volent au secours de Benoît Hamon

MONTGERON, Essonne - Une semaine après la réconciliation sur scène entre Martine Aubry et Ségolène Royal, huit "quadras" du PS, tous courants confondus, se sont coalisés mardi soir autour de Benoît Hamon, candidat aux européennes en difficulté.

Une semaine après la réconciliation sur scène entre Martine Aubry et Ségolène Royal, huit quadras du PS, tous courants confondus, se sont coalisés mardi soir autour de Benoît Hamon, candidat aux européennes en difficulté. (Reuters/Gonzalo Fuentes)

Une semaine après la réconciliation sur scène entre Martine Aubry et Ségolène Royal, huit "quadras" du PS, tous courants confondus, se sont coalisés mardi soir autour de Benoît Hamon, candidat aux européennes en difficulté. (Reuters/Gonzalo Fuentes)

Dans l'Essonne, ils ont participé à un "speed dating avec l'Europe" d'une heure montre en main, s'exprimant brièvement tour à tour devant un auditoire de 500 personnes où l'on distinguait de très nombreuses chevelures argentées.

Les sondages placent toujours le PS derrière l'UMP, entre 19 et 23% au plan national, un peu en deçà en Ile-de-France, où Benoît Hamon, est troisième sur la liste PS.

"Le Parti socialiste, il se révèle dans des moments comme celui-là. On a eu tout le monde contre nous et même un peu plus (...) et bien on va leur montrer", a lancé l'eurodéputé sortant, dont c'est le seul mandat électif.

"J'ai lu ici ou là que le mot d'ordre de cette soirée ce serait 'il faut sauver le soldat Hamon'", a plaisanté Harlem Désir, tête de liste en Ile-de-France.

"C'est bien mal connaître Benoît! Quand le pays plonge dans la crise, notre seul souci quotidien ce n'est pas nous-mêmes, ce sont les Français", a-t-il assuré, appelant les électeurs à "faire mentir les sondages" dimanche.

Face à la "casse sociale" de la droite, a intimé Manuel Valls, "c'est à nous de relever le gant! A nous de redonner un espoir et ça commence ici en Ile-de-France en élisant Harlem Désir et Benoît Hamon!".

A la tribune, sur laquelle la jeune classe socialiste était entrée au son de la musique électronique de Moby, le député-maire d'Evry était le seul à avoir conservé sa cravate.

2012 EN LIGNE DE MIRE

Pendant leurs six minutes allouées, David Assouline, "royaliste" entré dans la direction Aubry, a évoqué l'Europe politique, "principale aventure politique de notre génération".

Aurélie Filippetti, également proche de l'ancienne candidate présidentielle, a choisi de parler de politique industrielle.

"Ce n'est pas qu'en kilomètres qu'on doit compter notre campagne mais plutôt en nombre de salariés jetés sur les côtés" à cause de la crise du libéralisme, a estimé celle qui est également en position délicate dimanche dans la circonscription Est.

En allusion aux allégeances divergentes des orateurs, Arnaud Montebourg, aujourd'hui proche du premier secrétaire, a invoqué Vercingétorix qui "avait uni les tribus gauloises face à César".

Car si l'objectif était de battre le rappel sur l'Europe alors qu'une abstention massive menace, le meeting de Montgeron a également permis à la jeune classe de prendre date avant la présidentielle de 2012.

L'affiche de mardi soir "représente peut-être l'avenir du parti mais depuis longtemps aussi son présent (...) et la volonté de ne pas laisser la droite diriger la France comme elle le fait", a déclaré Benoît Hamon.

Le PS, sous l'impulsion de sa jeune classe, doit passer de "concurrent à Nicolas Sarkozy à concurrent sérieux à Nicolas Sarkozy. C'est notre objectif politique c'est aussi pour ça que nous sommes rassemblés aujourd'hui", a-t-il souligné

Partager cet article

Commenter cet article