Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Hees déjà très (trop ?) à l'aise à Radio France

16 Mai 2009 Publié dans #sur le Net

http://l.liberation.fr/img/content/lg_libe.gif

Un invité surprise ce matin(vendredi 15) à la matinale de France Inter. Jean-Luc Hees, tout nouveau patron de Radio France, après avoir été adoubé par Nicolas Sarkozy en vertu de la nouvelle loi sur l'audiovisuel, a répondu au débotté et en personne à Edwy Plenel, venu présenter son «manifeste pour une presse libre et indépendante, profondément repensée et refondée».

«J'étais en voiture et j'écoutais Edwy Plenel pour qui j'ai beaucoup de respect ... Je passais devant la maison donc je suis entré», explique Hees le plus simplement du monde en arrivant sur le plateau. Trois secondes plus tard, il répond - en ne lésinant pas sur les formules de politesse - à Plenel qui exposait sa crainte d'un «rapport clientéliste des médias à l'Etat». En clair, dénonce Plenel, la nomination directe des PDG de l'audiovisuel pose un sérieux problème. Pas du tout, se défend Hees : «Ce soupçon, que vous évoquez très légitimement, en ce qui concerne la nomination des présidents de l'audiovisuel public, est infondé et j'en suis le garant.»

 


(France inter)

L'intervention, on s'en doute, passe mal à la Maison ronde. Pour les syndicats, le numéro de Hees est la preuve par A+B de l'ingérence du nouveau PDG. «Chacun à sa place!», a aussitôt réagi la CGT de Radio France dans un communiqué. «On n’a jamais vu une telle situation à Radio France, ni même dans le privé, un PDG qui déboule dans un journal pour prendre la parole! Pourtant, Jean-Luc Hees n’a de cesse de vouloir se montrer rassurant en revendiquant qu’il est le "garant de l’indépendance" alors qu’il prouve le contraire ce matin par ses actes en s’imposant sur l’antenne d’Inter!»

Le syndicat national des journalistes (SNJ) est tout autant agacé de voir Hees aussi à son aise dans ses nouveaux locaux : «Cette prise directe de l'antenne est de même nature que la nomination directe. Elle ne s'encombre pas de nuances. Elle bouscule les distances et les règles. Elle dit: "J'ai le pouvoir donc je fais ce que je veux". C'est une grande nouveauté. Une nouveauté troublante.»

Partager cet article

Commenter cet article