Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Pour S. Royal, "la promesse de rénovation doit être tenue"

24 Mars 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Actualité

http://vieenrose.blogs.liberation.fr/libe_logo.png

Sgo_roses "Je ne me réjouis pas. Ce n'est bien pour personne quand une occasion est manquée."

Ségolène Royal n'en a pas rajouté, lors d'une rencontre avec la presse, ce mardi matin en son QG du boulevard Raspail, sur le bide fait par Martine Aubry, dimanche au Zénith, pour son "printemps des libertés". Même si elle n'en pense pas moins...

Question de tenue, a-t-elle expliqué. "Ma position se situe par rapport au pouvoir. Le problème n'est pas de m'enfermer dans une opposition interne au parti. Je ne ferai pas aux autres ce que je n'ai pas aimé que l'on me fit." Et l'ancienne rivale de Martine Aubry d'aller jusqu'à défendre l'angle d'attaque des atteintes sarkozystes aux libertés, adopté par la direction dans son Livre noir des libertés publiques et vertement critiqué par Manuel Valls. "Certaines libertés sont très fragilisées, et je trouve bien que le parti se soit attaqué à cette question. J'ai lu le document, il est bien fait. C'est un vrai sujet. Il ne faudrait pas se réveiller dans un an ou deux et se dire que la gauche n'avait pas tiré la sonnette d'alarme."

Reste que l'ex-candidate à la présidentielle n'a pas manqué d'en profiter pour rappeler amicalement la direction à ses obligations rénovatrices. "Le chantier de la rénovation a été promis par l'équipe qui est aujourd'hui à la direction du parti. Cette promesse doit être tenue. C 'est le chantier le plus urgent. On ne peut pas répéter les modèles du passé..."

Et Ségolène Royal, au-delà de l'échec du Zénith, de s'interroger sur la capacité de mobilisation du PS. "Il n'y pas que cela, c'est un tout. Il y a la question de la visibilité du plan de relance", qui n'a pas, jusqu'ici, marqué les foules de gauche. Ou encore "la présentation des listes aux européennes, qui n'a pas donné lieu à un discours politique. Il faut qu'il intervienne."

Pour la présidente de Poitou-Charentes, qui organisera fin avril (ndlr date à vérifiée) un colloque sur la Fraternité avec, entre autres, Régis Debray, "il ne faudrait pas non plus que l'opinion se dise que rien ne change. Il faut qu'on se demande comment le parti peut devenir attractif. Il faut rentrer rapidement dans la rénovation du parti."

Des conseils qui ne manqueront pas de trouver une oreille attentive rue de Solférino...

Partager cet article

Commenter cet article