Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

PS : les proches de Ségolène Royal lancent leur courant

30 Janvier 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Espoir à Gauche

http://www.lepoint.fr/images/commun2/logo_header.gif Par Charlotte Chaffanjon

PS : les proches de Ségolène Royal lancent leur courant

Ségolène Royal et son lieutenant Vincent Peillon le 22 novembre 2008 © AFP PHOTO MIGUEL MEDINA

"C'est un courant comme il en existe depuis tout temps au PS. Rocard, Jospin, Fabius ont eu le leur. Désormais, les royalistes vont aussi avoir une structure qui les accompagne", annonce un "ségoléniste". Samedi aura lieu à Paris la première réunion de "l'Espoir à gauche" , courant des partisans socialistes de Ségolène Royal, organisé autour du député européen Vincent Peillon. Un proche de ce dernier explique au point.fr : "Il nous manque un lieu de concertation, de coordination. Nous devons définir une position commune. Par exemple pour les européennes." Le récent cafouillage entre deux leaders du courant royaliste, le député européen Vincent Peillon et le maire de Dijon François Rebsamen, est une illustration de cette nécessité. Le premier affirmait avoir été consulté par la direction du parti au sujet du contre-plan de relance de l'économie présenté la semaine dernière par Martine Aubry. Le second s'insurgeait du contraire. Un membre du cercle royaliste affirme : "Ce cafouillage est le résultat d'un léger malentendu, rien de grave." Un courant structuré devrait éviter les "erreurs" de communication.

Les partisans de Ségolène Royal, qui sera elle-même absente pour cause de forum altermondialiste au Brésil, affirment qu'ils ont par ailleurs "décidé de continuer à travailler ensemble" sur "la rénovation du parti" et "la ligne politique", résume Vincent Peillon. La différence entre ce nouveau courant, qui va devenir une association (comme de nombreux autres courants au PS) et "Désirs d'avenir" , la structure qui a porté Ségolène Royal durant la présidentielle ? "Désirs d'avenir rassemble les partisans de Ségolène Royal qui sont avec elle pour bien d'autres raisons que le fait qu'elle soit socialiste. Espoir à gauche rassemble des cadres, des élus, des membres du Bureau national (parlement du parti). Vincent Peillon en est de facto l'animateur parce que Ségolène Royal n'est pas membre du Bureau national", explique au point.fr le député PS de l'Ardèche Pascal Terrasse. Vincent Peillon va plus loin : "Ségolène Royal doit avoir sa profonde autonomie : son livre *, ses voyages. Ce n'est pas non plus une chef de courant."

En outre, les blessures du congrès de Reims et les conditions contestées de l'élection de Martine Aubry au poste de première secrétaire restent vives. Jeudi soir encore, dans une interview réalisée pour l'émission télévisée À vous de juger sur France 2 , la présidente de Poitou-Charentes a aussi déploré "le sectarisme et l'ostracisme" dont la maire de Lille a fait preuve en refusant que ses amis intègrent la nouvelle direction du parti. Alors que les dirigeants du PS temporisent, précisant que la situation peut encore évoluer, un royaliste tranche : "C'est un jeu de faux-cul depuis le début. Martine Aubry, Benoît Hamon (porte-parole du PS) ou encore le maire de Paris Bertrand Delanoë ne peuvent pas supporter l'idée de travailler avec Ségolène Royal. C'est une question de personnes, pas d'idées." Il ne suffit donc pas de promettre "une ouverture aux royalistes". "Au PS, c'est comme en amour, il faut des preuves", conclut, sérieusement, un proche de Ségolène Royal.

* Femme debout , éditions Denoël, en librairie le 5 février

Partager cet article

Commenter cet article

renault 31/01/2009 08:59

Est-ce que le courant Espoir à Gauche peut inventer un support écrit à destination tout public présentant dans l'histoire de France depuis 1789 le "%" d'avancée de la Démocratie en France  ?C'est à dire à quel degréen est par exemple aujourd'hui notre projet de démocratie représentative ? Sachant d'une part, que nous n'avons encore jamais connu la Démocratie pleine et entière, aboutie, et, d'autre part, que le projet de démocratie en cours depuis plus de deux siècles a connu autant d'avancées que de reculs.Pour ma part, je considère que nous ne serons jamais en Démocratie tant que la représentative ne sera pas représentative et la participative restera non constitutionnelle.Le tout est de savoir si seule la Démocratie participative rendra représentative effectivement la représentative...CQFD.