Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

La Fondation Terra Nova propose au PS de s'inspirer de la campagne de Barack Obama

20 Janvier 2009 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Actualité

http://medias.lemonde.fr/mmpub/img/lgo/lemondefr_pet.gif

La gauche française entretient des sentiments ambivalents à l'égard du Parti démocrate américain. Elle envie l'efficacité de sa machine électorale mais se sent étrangère à un parti qui, en tant que tel, pèse peu dans la vie politique en dehors des grands scrutins. Un rapport contradictoire qui renvoie à la controverse rituelle entre "parti de militants" et "parti de supporteurs" qui a resurgi lors du congrès de Reims du PS.

Au terme d'une mission d'étude menée aux Etats-Unis, la Fondation Terra Nova, proche des socialistes, se propose de faire rebondir ce débat à la lumière de la "révolution militante" qui a permis l'élection de Barack Obama. "Les Américains se sont réconciliés avec la politique ; la France peut s'en inspirer", assure la fondation qui suggère notamment au Parti socialiste de diminuer le montant des cotisations et de désigner son candidat à l'Elysée en organisant une "primaire" parmi les sympathisants de gauche. (voir le rapport complet de Terra Nova, en PDF)

Paradoxalement, observe Terra Nova, c'est en s'appuyant sur une pratique vieille comme les élections - le porte-à-porte - que les équipes de Barack Obama sont parvenues à mobiliser l'électorat "en généralisant à l'échelle d'un pays les campagnes de terrain de démocratie locale".

Rien à voir, pourtant, avec ce qui se passe en France où ce sont les candidats qui viennent frapper au domicile. Aux Etats-Unis, "ce n'est pas un spécialiste de la politique qui vient s'adresser à l'électeur mais quelqu'un comme lui, un citoyen de base ; la communication s'effectue entre pairs et son efficacité est exceptionnelle". D'autant qu'un repérage des électeurs indécis a pu être organisé avant grâce au recours massif aux banques de données et aux réseaux sociaux sur Internet.

Cette approche, insiste Olivier Ferrand, qui préside Terra Nova, "repose sur un changement de mentalité politique" car elle suppose de "lâcher la bride" à ceux qui représentent le candidat. Pour autant, cette mobilisation est très encadrée par un "staff de campagne professionnel" chargé non pas de s'adresser aux électeurs mais d'organiser le militantisme "à la carte" des supporteurs du candidat.

PORTE-À-PORTE

"Une telle mobilisation de masse est possible en France", affirme la fondation qui met en exergue la nécessité de "créer un parti de masse" en rupture avec la conception, chère à la gauche française, du "parti d'avant-garde où l'adhésion est filtrée".

"Le bon levier est la diminution du montant des cotisations", à l'instar de l'expérience des adhésions à 20 euros lancée en 2006, ajoute encore le rapport, rejoignant en cela les positions défendues par les partisans de Ségolène Royal.

Autre proposition défendue par Terra Nova ainsi qu'une partie de la majorité actuelle du PS : organiser un système de "primaire ouverte aux sympathisants" afin de désigner le candidat socialiste à la présidentielle. "La puissance de mobilisation de l'investiture de Romano Prodi par quatre millions de citoyens ou de Barack Obama par 35 millions est incomparable à la désignation par 200 000 socialistes français", insiste-t-elle.

La fondation suggère au PS d'autres pistes : se doter d'un site Internet "haut de gamme", investir les réseaux sociaux, "déployer des équipes professionnelles sur le terrain", axer la campagne sur le contact direct avec l'électeur. En pratique, cela conduirait à privilégier le porte-à-porte militant. Une technique qui permet, selon le rapport, de gagner une voix pour quatorze personnes visitées alors qu'il faut distribuer un tract à 100 000 personnes pour obtenir le même résultat...

Dernière recommandation : "Préparer la campagne en amont" plutôt que de l'improviser et constituer dès maintenant une "cellule de préparation, dédiée à l'élaboration des outils et des stratégies de campagne". Une proposition qui, dans l'état actuel du Parti socialiste, risque de rester lettre morte.

Jean-Michel Normand
Sur le même sujet

Partager cet article

Commenter cet article