Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Les vrais chiffres du plan de relance

10 Décembre 2008 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #Economie

http://www.tnova.fr/templates/tnova/images/header/logo.png

Terra Nova - 08 décembre 2008
Terra Nova publie aujourd'hui une analyse détaillée du plan de relance dévoilé par Nicolas Sarkozy le 4 décembre. Les ambitions affichées sont loin de la réalité : au lieu de 26Md€, le montant global de ce plan s'élève à 10 Md€, ce qui le place parmi les moins volontaristes des pays riches. Au lieu du point de croissance espéré, il ne permettra qu'une croissance de 0,4 point. Une relance plus efficace et plus juste aurait pu être suivie.

 

 

Relance

Terra Nova a procédé à l’analyse économique détaillée du plan de relance présenté par le Président de la République le 4 décembre.
La réalité est assez éloignée des annonces : un paquet réel de 10 Md€ (0.5% du PIB), et non 26 Md€ (1.3% du PIB). Cela place la France dans le camp des pays conservateurs qui, comme l’Allemagne, hésitent à se lancer dans une relance budgétaire énergique – contrairement aux pays progressistes, les plus volontaristes (Royaume Uni, Espagne, Etats-Unis).
L’efficacité économique du plan est dès lors limitée. Il contribuera au mieux à un surcroît de croissance de l’ordre de 0.4 point de PIB, contre 1 point annoncé par le Premier ministre.
La composition du plan pose également problème. Le pouvoir d’achat est à nouveau le grand absent de la politique gouvernementale. La « prime de crise » de 200 euros, réservée aux seuls bénéficiaires du RSA, est à comparer aux 1.200$ par foyer distribués par George Bush.
Une autre politique, progressiste, aurait pu être suivie. Avec un montant global plus volontariste, de l’ordre de 40 Md€. Mais même avec un montant comparable (26 Md€), il était possible d’obtenir une composition nettement plus riche en croissance, en complétant la relance de l’investissement public par des mesures de soutien à la consommation : mesures générales et coordonnées au plan européen, avec une baisse de un point de la TVA ; et mesures massives ciblées sur les ménages modestes, avec un « chèque crise » de plus de 1.000 euros. Un tel plan permettait de générer un point de croissance supplémentaire, contre 0.4 pour le plan Sarkozy.

Le plan de relance présenté le 4 décembre par le Président de la République à Douai  affiche un montant global de 26 Md€ (1.3% du PIB), et une priorité à l’investissement.


Partager cet article

Commenter cet article