Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Direction PS: Aubry compose avec ses alliés et veut rallier Royal

3 Décembre 2008 Publié dans #Actualité

PARIS (AFP) — Martine Aubry qui annoncera samedi son équipe dirigeante, poursuivait mercredi ses pourparlers pour finaliser la feuille de route du PS, avec comme défis de composer avec ses alliés et de rallier les amis de Ségolène Royal, qui réclament une place éminente dans le parti.

A trois jours du Conseil national (parlement) du PS qui doit entériner la nouvelle direction, un projet "d'orientations politiques 2008-2011", est déjà sur la table, qui devrait être amendé puis finalisé après d'ultimes rencontres avec les proches de Bertrand Delanoë et de Benoît Hamon, les alliés de la nouvelle première secrétaire.

Mme Aubry devait rencontrer Benoît Hamon mercredi soir, selon un proche de l'eurodéputé pour qui, "a ce stade, le texte ne paraît pas encore à la hauteur de l'ambition qu'on s'est fixée".

Un accord sur ce document est indispensable puisque le Congrès de Reims s'est achevé sur un échec à la mi-novembre sans adopter de motion de synthèse.

Ce projet de treize pages, dont l'AFP a obtenu une copie, constituerait la "feuille de route des instances" du parti jusqu'au prochain congrès.

Il propose notamment un "nouveau modèle de développement"- avec une puissance publique "réarmée- et une société plus solidaire.

Sur l'Europe, le texte se réfère au "manifesto" adopté lundi à Madrid par le Parti socialiste européen (PSE) et prône un "projet alternatif" avec une réforme des marchés financiers, de grands projets d'investissements, un renforcement du budget européen, une politique commerciale de "juste échange".

"Faire renaître le Parti socialiste" est aussi une des ambitions majeures du projet: il propose le maintien de la "proportionnalité" pour les cotisations - alors que Mme Royal demandait des adhésions à 10 ou 20 euros- mais reconnaît la nécessité d'être "plus proches" des sympathisants et électeurs.

Côté alliances, le texte reste fidèle à la stratégie d'union de la gauche et préconise "un contrat politique" avec les partis de gauche et les Verts, sans évoquer un rapprochement avec le MoDem que prône Mme Royal.

Ce document doit être soumis à l'équipe Royal jeudi ou vendredi.

Liées au texte, les négociations portent aussi sur le casting de la direction: compte tenu du nombre pléthorique de candidats au poste de numéro deux, Mme Aubry pourrait opter pour la suppression pure et simple de cette fonction, indique une source proche des négociations.

A Benoît Hamon on propose d'être porte-parole, tandis qu'Harlem Désir, proche du maire de Paris, serait chargé de la coordination.

La direction sera resserrée: les quelque 150 membres de la direction - secrétaires et responsables nationaux - de l'ère Hollande seront ramenés à une soixantaine.

Le défi majeur pour Aubry est d'arriver à un accord avec l'équipe Royal pour éviter que le parti ne soit coupé en deux. Proche de Mme Aubry, la députée Marylise Lebranchu a exclu un partage 50/50 avec l'équipe Royal.

"Nous n'avons jamais demandé 50% des postes, la discussion portera sur l'orientation", affirme un proche de l'ex-candidate à la présidentielle qui s'étonne de la démarche de la première secrétaire, affirmant qu'elle les a "écartés" jusqu'ici des discussions sur le texte.

"Nous voulons, du point de vue quantitatif et qualitatif, prendre toute notre place", souligne un autre proche de Mme Royal. "C'est à Martine Aubry de créer les conditions d'un rassemblement sur le fond et sur la direction. Nous ne sommes ni une minorité ni une opposition dans le parti, nous sommes la première force", insiste-t-il.

Partager cet article

Commenter cet article