Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Intrusions policières dans l'Ecole

2 Décembre 2008 Publié dans #Actualité

Il apparaît que certaines sont sans précédent, sans qu’elles paraissent pourtant susciter quelque réaction que ce soit des autorités administratives scolaires compétentes.

 

 

On se contentera de citer deux ‘’exemples’’. Le premier est signalé par le Réseau Education Sans Frontières 38 ( Isère ). " Hier [ le samedi 29 novembre] s’est produit un fait très grave à l’école du Jardin de Ville, à Grenoble. A 15 H 45, un père de quatre enfants ( un de moins de trois ans, deux scolarisés en maternelle et un en CE1 à l’école du Jardin de Ville ) est venu, accompagné de deux policiers en civil, chercher ses enfants, pour ‘’un rendez-vous en préfecture’’, ont compris les enseignants. A 19 H, on apprenait que la famille au complet était au centre de rétention de Lyon. Ils y ont dormi. Ils étaient injoignables hier soir. On a réussi à les joindre tôt ce matin aux cabines téléphoniques du centre de rétention. Ils étaient paniqués. On a prévenu le centre que la CIMADE, seule association ayant le droit d’entrer dans les centres de rétention, irait voir la famille ce matin. Arrivés au centre, les militants de la CIMADE les ont cherchés, sans succès : la famille était en route pour l’aéroport, leur avion décollant une demi-heure plus tard. Ils ont été expulsés ce matin. Leurs chaises d’école resteront vides. C’est une première en Isère : la traque des étrangers pénètre dans les écoles. Nous vous demandons de bien vouloir faire circuler cette information le plus largement possible. Personne ne doit pouvoir dire ‘’on ne savait pas’’ ".

 

Le deuxième ‘’exemple’’ est en bonne place du quotidien " La Dépêche " du 20 novembre . " Auch. La descente de gendarmes émeut à l’école des Métiers. Le récit d’un prof choqué. Patrick Poumireau se définit comme un ‘’professeur qui ne manque jamais de faire contre la drogue une prévention qu’il juge intelligente’’. Ce petit fils de gendarme se dit pourtant choqué par ce qui s’est passé lundi à Pavie. ‘’Personne ne dit bonjour, personne ne se présente. Sans préambule, le chien est lancé à travers la classe. Il mord le sac d’un jeune à qui l’on demande de sortir. Je veux intervenir, on m’impose le silence. Une trentaine d’élèves suspects sont envoyés dans une salle de classe pour compléter la fouille. Certains sont obligés de se déchausser et d’enlever leurs chaussettes, l’un d’eux se retrouve en caleçon. Parmi les jeunes, il y a des mineurs. Dans une classe de BTS, le chien fait voler un sac, l’élève en ressort un ordinateur endommagé ; on lui dit en riant qu’il peut toujours porter plainte. Ailleurs, on aligne les élèves devant le tableau. Aux dires des jeunes et du prof, le maître-chien lance : " Si vous bougez, il vous bouffe une artère et vous vous retrouvez à l’hosto’’. Je me dis qu’en 50 ans, je n’ai jamais vu ça. Ce qui m’a frappé, c’est l’attitude des gendarmes : impolis, désagréables ; sortant d’une classe de BTS froid-climatisation en disant : ‘’Salut les filles !’’ alors que , bien sûr, il n’y a que des garçons ; et les félicitant d’avoir bien ‘’caché leur came et abusé leur chien’’. C’est en France, dans une école, en 2008 ".

Partager cet article

Commenter cet article