Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Désirs d'Avenir 76

Ambiance “soviet suprême” au conseil national du PS

26 Novembre 2008 , Rédigé par Yvon GRAIC Publié dans #sur le Net

http://medias.lemonde.fr/mmpub/img//lgo/lemondefr_pet.gif26 novembre 2008

« il faut faire en sorte que sur la ligne choisie au congrès nous soyons unis»
(ndlr va y avoir du boulot !)

 

 

Ainsi donc, les socialistes ont fini par retrouver leur instinct de survie. Depuis trois semaines, on commençait sérieusement à en douter. De la réunion, mardi soir à la Mutualité, du conseil national on gardera quelques images.

- La ruée médiatique. Autour de la table de presse, au fond à droit de l’entrée de la Mutu, ce n’est plus la cohue. C’est la mêlée. La corrida socialiste attire les médias, nettement plus nombreux. Mais il y a aussi une autre raison ; contrairement à l’habitude, il n’y a pas de listing d’accréditation (car on nous a demandé de nous accréditer). Les badges d’accès sont donc distribués après que l’on ait produit sa carte de presse et que le responsable du service de presse ait écrit votre nom. A la main, sur un grand cahier…. Encore un domaine où il va falloir remettre de l’ordre au PS.


- Ambiance « soviet suprême ». Le conseil national début presque à l’heure et dans une ambiance à la fois grave et bizarre. François Hollande donne le ton et appelle au « sursaut collectif mais aussi individuel ». Applaudissements modérés, propos mesurés, réactions d’hostilité évaporées. Les rapports de la commission de récolement sont débités d’une voix monocorde. On est au conseil national ou au comité central ? « C’est Christophe (Borgel) Beria, Daniel (Vaillant) Brejnev en attendant Martine Gromyko » glisse une consoeur de la presse radio… Jean Glavany continue, lui, de faire comme si de rien n’était. Pour lui, l’écart de 42 voix n’a rien que de très normal. « Certains d’entre nous ont été élus parlementaires avec moins que çà ». Stoïque, la salle ne réagit pas.


- Odeur de gomme. Même les partisans de Ségolène Royal, que l’on avait vu très remontés, sont littéralement debout sur les freins. On croit sentir l’odeur de la gomme. Ils aimeraient bien balancer tout – ou presque tout…- ce qu’ils ont accumulé ces derniers jours sur les pratiques démocratiques en vigueur dans le parti mais ils se retiennent. « L’écart aurait pu être de 150 voix dans un sens ou un autre » soutient David Assouline. Aller en justice pour faire annuler le vote ? Il n’en est plus question.


- Kader Arif s’y colle. Arrive le moment fatidique de proclamer les résultats. « Il faut bien que ce soit quelqu’un qui s’y colle » soupire Kader Arif à la tribune. Vient le vote. Celui-ci à lieu à main levée. Certains partisans de François Hollande avaient suggéré aux représentants de Ségolène de solliciter un vote à bulletins secrets en expliquant que cela leur permettrait de voter discrètement contre le rapport de la commission de récolement. Refus des intéressés qui se retournent avec un sourire en coin pour regarder les « hollandais » voter comme un seul homme avec la nouvelle majorité aubryo-strausskhano-fabiuso-hamono-emmanuello-montebourgo-jospiniste. Après un temps, François Hollande lui aussi lève le bras.


« Emotion et gravité ». La nouvelle première secrétaire (c’est ainsi qu’elle se nomme) est visiblement émue. « C’est bien le moins » dirait Hollande. Son discours parle « d’émotion et de gravité » et rend hommage aux grands anciens et même à Ségolène. Une phrase surprend un peu : « il faut faire en sorte que sur la ligne choisie au congrès nous soyons unis ». Parce qu’une ligne a été définie au congrès de Reims ? On a du manquer un épisode.

A peine Martine Aubry sortie de la salle réservée pour les conférences de presse que Ségolène Royal fait son entrée avec sa troupe. Au niveau de la bousculade de cameramen, le résultat du match Aubry-Royal est aussi serré que celui de l’élection de la première secrétaire. « Nous ferons en sorte d’être une force de transformation à l’intérieur du PS » ,déclare Mme Royal. La messe est dite.

Jean-Michel Normand

 

Partager cet article

Commenter cet article

Frédéric CROCHET (FredHook) 27/11/2008 22:47

Martine veux bien des amis de Ségolène, mais veut-elle de Ségolène? Je ne pense pas...

peter 26/11/2008 23:55

« il faut faire en sorte que sur la ligne choisie au congrès nous soyons unis ». Parce qu’une ligne a été définie au congrès de Reims ? On a du manquer un épisode.
OUI M.Normand ,la ligne "tout sauf Ségolène " qui certes n'a fait que 50% au lieu des 70% espérés !!